Entrevue avec Anne Bertrand

Anne Bertrand est Architecte Solutions National SmartHome & SmartBuilding chez Schneider Electric. Son rôle est de garantir le parfait fonctionnement de tous les programmes immobiliers neufs bénéficiant d’une solution Wiser. En assurant la compatibilité des systèmes (chauffage, volets, etc.), elle a pour objectif de simplifier votre quotidien d’Installateur Wiser. Dans cette entrevue, elle vous livre un maximum d’éléments pratiques et techniques pour vous aider à convaincre vos clients d’opter pour des solutions connectées, notamment dans un contexte sensible sur les économies d’énergie.

Quelles sont la vision et les solutions que propose Schneider Electric sur le sujet de la sobriété énergétique ?

Il y a énormément d’interventions qui ont été faites par les dirigeants de Schneider Electric dans la presse, qui ont tenu à mettre en évidence l’impact des logements dans la consommation énergétique française au vu de la situation actuelle. Leur message consistait à expliquer que 90% de la facture d’énergie d’un logement est en réalité pilotable et que, dans un contexte énergétique tendu, ces systèmes de gestion peuvent être une réponse très efficace.

En effet, les solutions connectées permettent de réduire sa consommation d’énergie et de réaliser des économies importantes. Je ne parle pas nécessairement d’économie pécuniaire (même si c’est le cas, car les deux vont de pair), le cout de l’énergie augmentant, la sobriété des consommation prime.

La vision portée par Schneider Electric est d’aider le particulier (et le secteur tertiaire) à consommer moins pour éviter les coupures de courant qu’on nous annonce pour cet hiver. C’est un argument important pour les Installateurs Wiser, qui se retrouvent dans ces discussions en direct avec leurs clients.  

Quel rôle a le connecté dans cette vision ?

Le fait d’amener du connecté dans les logements permet de prendre la main de façon très précise et individuelle sur chaque élément connecté, électrique et de consommation énergétique. Je pense par exemple au chauffage. Le simple fait d’avoir un thermostat qui soit capable de savoir si nous sommes dans notre logement ou pas et d’adapter en fonction la température de consigne est un point fort. Les volets roulants sont intéressants également, puisqu’on peut les piloter et les programmer via des scénarios qui permettent de gérer au mieux la température « naturelle » dans la maison (en jouant sur l’ensoleillement).

Quels arguments pourriez-vous donner aux Installateurs Wiser pour qu’ils puissent proposer ces solutions connectées à leurs propres clients ?

Je pense qu’aujourd’hui, toute personne qui souhaite rénover son logement est amenée à considérer le contexte actuel. À partir du moment où l’on demande à la population, les particuliers comme les travailleurs, de faire des efforts sur leur consommation, nous allons mécaniquement voir émerger une demande forte pour des logements intelligents et le moins énergivores possible, voire des solutions d’autoconsommation.

Pour les particuliers, c’est donc aujourd’hui essentiel de pouvoir compter sur un partenaire installateur qui sait proposer un matériel simple d’usage, répondant à ces demandes.

Un électricien qui connaît le sujet et qui est capable de proposer des services de thermostats connectés ou de gestion automatisée de volets roulants, c’est un véritable plus qui répondra à la demande, c’est certain.

Avons-nous des chiffres sur ce que permettent ces solutions connectées en termes d’économies d’énergie que les Installateurs Wiser peuvent partager à leurs clients pour les convaincre ?

Chacun agit dans un logement de façon complètement différente. Par contre, nous savons aujourd’hui qu’il est possible de piloter en moyenne 90% de sa facture énergétique. Dans ce chiffre, la part du chauffage représente 60%, dont une grande partie de la consommation est liée au ballon d’eau chaude. Dans ces pourcentages de consommation, nous pouvons aller chercher des économies qui sont importantes. Nous voyons assez fréquemment des chantiers de rénovation qui permettent un delta de 20%, juste parce que nous avons mis un thermostat connecté sur une chaudière individuelle gaz. On peut envisager des gains beaucoup plus importants avec des scénarios personnalisés et du chauffage pièce par pièce, par exemple avec des systèmes de radiateurs électriques. 

Quelles sont les solutions connectées particulièrement efficaces en hiver pour faire des économies d’énergie, celles que les installateurs peuvent mettre en avant auprès de leurs clients inquiets sur ce sujet ?

En premier, je dirais la gestion du chauffage. Comme nous venons de le voir, c’est l’aspect le plus énergivore d’un logement. Avec un chauffage centralisé et un thermostat basique, dès que l’on installe un thermostat qui a l’intelligence de pouvoir se connecter à une centrale météorologique proche de chez lui, d’analyser (en début d’utilisation) le degré d’isolation du logement et d’anticiper, en fonction de la météo, l’incidence sur le logement, alors on peut anticiper (et économiser) de façon très efficace.

Ce type de solution permet ainsi de réduire le temps de chauffe, même seulement d’une heure, et de n’allumer le chauffage que quelques heures avant le moment où le confort des habitants l’exige. C’est très efficace ! En plus de cette première approche, il est possible d’avoir des actions en fonction de la présence des habitants dans le logement, pour programmer un mode « éco ».  

Il est possible d’aller encore plus loin avec la gestion du chauffage par pièce ou par zone, sans forcément aller jusqu’à l’individualisation dans la gestion des pièces (ce qui serait pourtant idéal). On peut par exemple séparer les zones jour et nuit pour moduler les périodes de chauffe dans ces espaces, ce qui fait baisser énormément la consommation. Un chauffage électrique ne sera pas forcément utile en journée pour chauffer une pièce à 19°, en le mettant en mode ECO et en l’allumant à des moments stratégiques par rapport à nos habitudes de vie, on peut réduire encore sa consommation. On peut aussi imaginer un scénario dans lequel on inverse les temps de chauffe entre nuit et jour. Tous ces exemples ne concernent que l’idée d’un zonage jour/nuit, si on individualise toutes les pièces le potentiel d’économie devient énorme.

Les volets roulants ont-ils également un rôle à jouer en hiver pour réduire la consommation d’énergie ?

La partie volets roulants est de plus en plus reconnue pour le confort d’été et on peut programmer leur ouverture/fermeture pour décider de la période pendant laquelle on veut éviter que les rayons de soleil réchauffent la température intérieure du logement.

Inversement, en hiver, on peut laisser entrer les rayons du soleil au moment où il fait le plus beau et les fermer lorsqu’il y a du vent ou une température qui fait chuter celle du logement. Cela évite au chauffage de se mettre en route et cela permet donc de faire des économies d’énergie.

Pensez-vous que toutes les solutions que nous venons de décrire sont efficaces pour se préparer à l’hiver qui arrive et aux risques annoncés de tensions sur l’approvisionnement ?

Pour moi c’est une des meilleures bases. C’est-à-dire qu’il est possible d’aller plus loin.

Si on gère déjà cette première problématique de la consommation du système de chauffage gaz ou électrique, nous faisons déjà un gros effort sur notre consommation. Il est possible d’aller plus loin avec des systèmes d’extinction des appareils en veilles lorsque l’on est couché ou absent. Au point où nous en sommes, il n’y a pas de petites économies. Il ne faut pas imaginer un gain énorme, du même niveau que celui permis par une gestion connectée du chauffage ou des volets roulants, mais ce sont des aspects qui peuvent tout de même avoir un impact.  

On peut aussi faire des économies avec la gestion du ballon d’eau chaude, qui, durant les heures pleines, est une source importante de consommation énergétique.

Comment aborder ces sujets-là durant un chantier de rénovation énergétique ?

En soit, le discours reste globalement identique entre le neuf et la rénovation. Concernant la rénovation, ce qui va compter pour les installateurs et leurs clients, c’est la réflexion qu’il va falloir mener sur la compatibilité entre les solutions proposées et les éléments déjà présents dans le logement.  Bien entendu il sera possible de contrôler un radiateur électrique, mais s’il consomme déjà beaucoup, le gain sera forcément moindre qu’en le remplaçant et/ou le pilotant.

Justement, concernant cette question de la comptabilité entre les solutions « anciennes » déjà présente dans un logement au moment d’un chantier de rénovation et les solutions connectées Schneider Electric, quels éléments de réponse avez-vous pour les Installateurs Wiser et leurs clients ?

Aujourd’hui les thermostats Schneider Electric Wiser Home sont compatibles avec toutes les chaudières et les pompes à chaleur munies d’un contact sec ou d’une entrée OpenTherm, donc avec la grande majorité des chaudières individuelles au gaz. Nos solutions sont également rendues compatibles grâce au protocole opentherm, qui concerne la modulation des chaudières. Le nouveau partenariat avec un acteur majeur de la gestion des PAC Air/Air et Air/Eau AirZone nous ouvre aussi de plus grandes perspectives.

Concernant les volets roulants, les solutions Schneider Electric sont compatibles avec la majorité des systèmes de motorisations filaires à butée mécanique ou électromécaniques. Cela couvre la grande majorité des volets roulants qui se trouvent aujourd’hui dans les logements des Français. Il faut néanmoins que ces systèmes soient filaires, puisqu’il s’agit d’implanter un appareillage (donc ce n’est pas compatible avec une solution radio).

Au sujet des prises, nous sommes bien entendu sur un réseau normalisé de câblage. Il n’y a donc aucune modification électrique à faire. 

Pour la gestion des points lumineux, il faudra en amont étudier le câblage des interrupteurs, puisque nous avons deux références aujourd’hui. Une référence en tout ou rien, on/off, qui demande un neutre à la commande et une référence d’interrupteurs d’immeubles (boutons poussoires à variation), qui eux sont dépourvus de neutre. Il faut soit adapter le câblage en accord avec la fonctionnalité souhaite, soit adapter l’offre proposée au client en fonction de ce qui est déjà présent dans le logement. Dans tous les cas, pour les installateurs comme pour leurs clients, le message est clair : pour tous les cas de figure, il y a une réponse Schneider Electric !

 Vous êtes intéressés par la connectivité et souhaitez recevoir une newsletter trimestrielle riche sur le sujet ? Devenez Installateur Wiser : en tant que spécialiste de la maison connectée, vous aurez de nombreux avantages exclusifs dont celui-ci ! Pour vous inscrire c’est par ici.

Tags : , , , ,

Ajouter un commentaire

Tous les champs sont requis.

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment les données de vos commentaires sont traitées.