Résidentiel

Impacts et opportunités de la RE2020 (partie 2)

Nos 3 invités, nous ont présenté les impacts et opportunités de la RE2020. Dans la suite de cet article, Julien Serri revient sur le futur du marché résidentiel en marge de l’application de cette nouvelle norme.

Comment voyez-vous les choses évoluer sur les sujets de recharge, autoconsommation, automatisation et tous ces nouveaux usages qui sont liés à l’électricité et à la connectivité ? 

 

Julien Serri : Nous sommes dans une conjoncture plutôt positive. La RE2020 pousse la connectivité et le pilotage et les valorise très bien dans le calcul réglementaire. En parallèle, les clients demandent plus de connectivité et plus de bornes de recharge électriques.Découvrez Julien Serri sur les impacts et opportunités de la RE2020

Nous avons là une réglementation qui pousse des systèmes en même temps qu’une demande client. C’est donc très intéressant pour nous en tant que constructeur et donc pour les installateurs.

De notre fenêtre de maître d’ouvrage, de donneur d’ordre, nous ne sommes pas grand-chose sans les entreprises, les artisans et les installateurs. En ce moment, il y a une vraie pénurie à ce niveau-là. Nous allons donc vraiment valoriser toutes ces entreprises à forte valeur ajoutée dans nos marchés.

 

Comment Schneider Electric répond à cette réalité ? Quelles innovations prévoyez-vous ?

 

Nous avons beaucoup de nouveautés en termes d’offres. Pour s’adapter à la RE2020, nous avons lancé il y a maintenant un an, la troisième édition de la plateforme Wiser. Elle répond d’ores et déjà aux enjeux de la RE2020 sur l’aspect contrôle des volets roulants pour atteindre les objectifs de performance de confort d’été. Il est possible de piloter des volets roulants centralisés et de manière crépusculaire depuis une application smartphone. C’est d’ailleurs un système qui est en train de s’implémenter fortement dans les constructions neuves car il fonctionne sans internet. C’est donc très adapté au neuf, car il n’y a pas de box internet lorsque l’on remet les clés du logement.

Pour ce qui est de l’étanchéité à l’air, nous avions déjà l’offre RT2012 et ça ne change pas pour la RE2020. Le moteur de calcul est quelque peu modifié, mais sans impacter nos produits.

Par ailleurs, avec Wiser, nous allons nous orienter vers les nouvelles énergies. La RE2020 met en valeur de manière indirecte le photovoltaïque ou la production d’énergie locale qui n’est pas comptée dans le CEP (consommation d’énergie primaire). C’est très intéressant pour réduire le CEP du bâtiment et donc atteindre les objectifs sans pour autant devoir augmenter la couche d’isolant ou la performance des ouvertures et ouvrants. C’est un moyen d’atteindre ces objectifs, même si c’est encore coûteux aujourd’hui. Le déploiement est donc progressif, mais c’est un marché qui explose.

Une installation avec panneaux photovoltaïques implique une gestion particulière, surtout dans un immeuble. Le but est de consommer l’énergie produite par les panneaux dans la journée, le prix à la revente étant relativement bas. Il faut donc se poser la question de l’optimisation du bâtiment pour que la consommation se fasse en journée, sur les bornes de charge et sur le système de chauffage électrique. Cela implique de chauffer un maximum pendant que l’on produit de l’énergie et donc accumuler des calories dans les logements pour ensuite bénéficier de l’enveloppe thermique très performante afin de maintenir ces calories à l’intérieur jusqu’au soir. Ce sont des axes très clairs d’optimisation.

Il faut également prendre en compte l’installation et la gestion de batteries en lien avec les panneaux pour les consommations d’énergie nécessaires le soir. C’est ce qu’on appelle un micro GRID, un réseau intelligent ou encore Smart GRID. C’est un réseau qui implique des automatisations pour optimiser et gérer de manière automatique, intelligente et optimale le système électrique sans avoir besoin de l’intervention humaine systématique. Les syndicats de copropriété sous-traiteront certainement ces opérations à des sociétés du tertiaire. Nous pouvons donc voir arriver des métiers comme des Facility Managers de l’énergie.

Enfin, il ne faut pas négliger les 10% de logements à vocation sociale. Les bailleurs sociaux qui payent l’énergie seront particulièrement intéressés pour optimiser et réduire les factures en installant des produits performants et bénéficier de subventions au passage.

C’est toute une dynamique qui s’accélère et que nous accompagnons grâce à des technologies d’optimisation de l’énergie photovoltaïque telles que Wiser Energy Center pour les maisons. Ce système a reçu un prix de l’innovation au CES de Las Vegas.

Pour les immeubles collectifs, nous avons un système qui s’apparente à du tertiaire, puisque nous sommes sur des installations de forte puissance avec potentiellement des batteries et plusieurs bornes de charge dans les garages, par exemple. Nous proposons déjà des solutions sur-mesure pour ce type de besoin.

Pour conclure sur la partie bas carbone du bâtiment, nous proposons des offres de plus en plus vertueuses pour la planète. Nous avons déjà supprimé tous les emballages blancs et les plastiques dans les emballages sur 80% de nos offres. Nous prévoyons 100% courant 2022. Toutes les offres vendues par Schneider Electric seront en carton brun et sans plastique. Nous créons également des conditionnements en grande quantité, pour les installateurs qui traitent de nombreux logements dans la journée, avec des emballages de 500 interrupteurs par carton par exemple.

Nous allons retrouver également des appareillages, des produits à base de plastique recyclé ou biosourcés. La gamme Odace, qui est la gamme phare d’interrupteurs avec 70% de part de marché dans la construction neuve collective, vient de s’enrichir d’une déclinaison recyclée avec un meilleur impact carbone qu’un appareillage traditionnel. C’est la première gamme du marché à évoluer dans ce sens et elle s’inscrit dans l’ADN de Schneider Electric de proposer des solutions plus durables.

La RE2020 tombe à pic puisque nous sommes depuis des années sur des projets de développement pour rendre nos offres plus durables avec des matières recyclées et biosourcées. Nous avons notamment lancé dans les pays nordiques des produits avec des plastiques issus des océans. Cette gamme a également reçu un prix au CES de Las Vegas.

Nous avons reçu 4 prix au total et nous en sommes fiers. Cela s’inscrit dans cette dynamique de transformation du marché qui inclut l’aspect énergétique, l’essor des véhicules électriques et bien sûr, la réduction de l’impact environnemental des produits.

 

Un conseil à donner aux installateurs pour tirer profit de ce passage à la RE2020 ?

 

Il faut s’informer. Cette réglementation est très structurante pour l’ensemble de la filière. Il n’y a pas une seule composante de la filière bâtiment qui n’est pas concernée par la RE2020. Il faut donc s’informer sur ses différents enjeux, voir se former.

Il est aussi important de commencer à prendre de plus en plus en compte la dimension carbone. En tant que maître d’ouvrage, cela va représenter un critère supplémentaire dans nos choix. Avant, je faisais le choix d’un produit Schneider Electric par rapport à sa qualité d’usage, son esthétique et son prix. Aujourd’hui, le critère carbone et environnemental est un critère de choix supplémentaire. Il faut intégrer ce nouvel aspect qui représente un pas important vers la RE2020.

 

Pour voir ou revoir notre webinar consacré à la RE2020 : cliquez ici.

Vous souhaitez lire ou relire la première partie de l’article ? Rendez-vous ici.


Pas de réponses

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)