Résidentiel

Impacts et opportunités de la RE2020 (partie 1)

Entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2022, la réglementation environnementale fait beaucoup parler d’elle. Souvent synonyme de contraintes et d’inquiétudes pour les professionnels de la construction, elle peut être également source d’opportunités. Trois experts nous donnent les clés pour aborder la RE2020 en toute sérénité entre impacts et opportunités.

 

Mickael Sagnes est en charge des offres pour l’entité « Home & Distribution » chez Schneider Electric. Il gère avec son équipe de chefs de produit, toutes les gammes résidentielles, petit tertiaire, les appareillages et tableaux électriques.

Julien Serri est le délégué aux affaires techniques au pôle habitat de la Fédération Française du Bâtiment (FFB), l’organisation professionnelle qui représente les constructeurs, les promoteurs, les aménageurs.

Christian Ferveur est le directeur innovation et développement chez Schneider Electric France.

 

La RE2020 est entrée en application depuis le 1er janvier dernier, quels impacts concrets constatez-vous pour les électriciens et les installateurs ?

 

Michael Sagnes : La RE2020 s’inscrit dans une dynamique visant à rendre le bâtiment propre, vertueux et à décarboner l’ensemble du cycle de vie de la construction. On constate déjà les impacts de cette première vague de janvier 2022, même s’ils sont plus modérés que ceux de la RT2012. On estime ainsi une augmentation de 5 à 10% des coûts de construction (sans tenir compte des hausses de prix ponctuelles des matières évidemment).

Découvrez Mickael Sagnes sur les impacts et opportunités de la RE2020L’un des objectifs de la RE2020 est d’atteindre un niveau de performances optimal de l’enveloppe du bâtiment en allant contraindre le BBIO (indice bioclimatique) qui diminue de 30% par rapport à la RT2012. De nouveaux indicateurs de performances font également leur apparition ainsi que de nouvelles obligations de résultat, notamment en ce qui concerne le confort d’été. C’est la grosse nouveauté de cette RE2020. Pour répondre à cette nouvelle exigence, il faut agir sur l’enveloppe et la conception du bâtiment, mais aussi sur le refroidissement et la gestion des ouvrants. Cela implique l’installation de systèmes de climatisation, de pompes à chaleur réversibles et de systèmes de pilotage à minima crépusculaires. On s’oriente donc vers un logement plus connecté, ce qui était déjà une tendance de marché constatée. En effet, environ 30% des permis de construire en 2021 faisaient apparaître un lot SMART.

L’installation de systèmes domotiques pour piloter les volets roulants, l’éclairage, le chauffage et demain, le refroidissement, va connaître une forte croissance pour répondre aux exigences apportées par la RE2020. Même si cela rajoute un coût pour les utilisateurs, cela leur apporte surtout du confort. Ils pourront profiter d’un logement plus frais l’été, plus agréable à vivre qu’une construction RT2012 et qui consomme encore moins d’énergie.

C’est une véritable approche vertueuse qui amène cependant des challenges pour la filière, que ce soit en matière d’installation et de distribution des produits, mais aussi en ce qui concerne le calcul en amont du poids carbone que représente la construction. En effet, il s’agit désormais d’une obligation de résultat imposée par la nouvelle réglementation.

Les constructeurs immobiliers et les promoteurs de maisons nous demandent d’ores et déjà de leur fournir l’ensemble des fiches PEP ou FDES de nos produits pour comptabiliser leur poids carbone dans la construction. Bien que le lot électrique ne représente qu’entre 7 et 8% du total de la construction, nous avons la possibilité d’optimiser l’impact de nos produits en choisissant des technologies plus vertueuses comme des plastiques recyclés, en utilisant moins d’emballage et en optant pour une fabrication plus proche du marché français.

Depuis plusieurs années, nous développons des documents environnementaux optimaux et disponibles sur PEP ecopassport, UPCYCLEA et progressivement sur l’INIES, pour que l’ensemble des promoteurs constructeurs puissent avoir à disposition toutes les informations utiles à leur projet et constater les écarts d’impact carbone entre deux solutions de manière totalement transparente.

Pour retrouver toutes les réponses à vos questions consultez notre Guide de la RE2020.

 

Quels sont les principaux défis que rencontrent les électriciens et les installateurs ?

 

Julien Serri : Il est important de noter que le contexte de ce début d’année est particulièrement difficile avec les pénuries de matières et les

Découvrez le portrait de Julien Serri sur les impacts et opportunités de la RE2020difficultés d’approvisionnement. La réglementation étant en vigueur depuis le 1er janvier 2022, nous n’avons pas encore de chantiers livrés en RE2020. Nous avons donc très peu de retours concrets, qui plus est sur les lots électricités qui arrivent plus tard dans le chantier.

Ce que l’on constate tout de même, c’est que dans toutes les études et pré-études que nous faisons, l’aspect connectivité et électrification globale du parc de logement est particulièrement présent. Il existe donc une opportunité d’affaires pour les installateurs et les électriciens qui s’accompagne d’une nécessaire montée en compétence. Les systèmes de pilotage performant comme des volets roulants crépusculaires seront de plus en plus valorisés et vont probablement voir leur part de marché exploser.

 

Découvrez Christian Ferveur sur les impacts et opportunités de la RE2020

Christian Ferveur : La RE2020 est une véritable opportunité pour la filière des électriciens, puisqu’avec la prise en compte du poids carbone de l’énergie, l’électricité va être favorisée dans de nombreux logements, même si les chaudières à gaz resteront autorisées dans les logements collectifs jusqu’en 2025.

Au-delà de la RE2020, c’est l’actualité qui pousse naturellement les consommateurs à se diriger vers des solutions électriques. On le voit notamment avec les pompes à chaleur, déjà bien placées en termes de solution pour une maison individuelle par la RE2020.

Également liée à l’actualité, même si ça ne fait pas partie de la RE2020, la hausse vraisemblable des tarifs de toutes les énergies, y compris de l’électricité, va ouvrir la possibilité pour la filière électrique et les électriciens de déployer des systèmes de pilotage complet de l’énergie dans les logements. Piloter les températures et les ouvrants est une bonne chose pour répondre à la partie réglementaire de la RE2020, mais nous allons pouvoir aller plus loin en tenant compte des nouvelles plages tarifaires pour optimiser les temps de fonctionnement.

Nos systèmes sont capables de modéliser l’empreinte thermique des logements et donc d’anticiper les besoins de chauffe en fonction des grilles tarifaires pour assurer un bon niveau de confort tout en minimisant les factures. Cette RE2020, par sa dimension environnementale, incite à s’orienter vers ce type d’équipements afin de gérer les périodes où l’électricité est plus carbonée. En améliorant encore plus le pilotage des équipements de production de chaleur ou d’eau chaude, nous allons améliorer le bilan environnemental pendant la phase d’usage.

La connectivité devient ainsi incontournable. C’est un véritable service aux consommateurs, tant sur un plan économique que pour leur confort.

 

Que doivent faire les installateurs pour saisir l’opportunité que représente la RE2020 ?

 

Mickael Sagnes : La formation est un enjeu clé. Or, on sait que cela peut-être une difficulté dans la filière électrique. Chez les électriciens, comme dans tous les métiers du bâtiment, il y a une rotation d’entreprises de 20% en moyenne. La RE2020 va faire monter le niveau d’exigences pour tous les métiers du secteur.

L’aspect administratif se renforce et demande une structuration des équipes et des méthodes de travail.

Sur l’aspect métier, nous en avons déjà beaucoup parlé, mais ça va être le connecté. C’est une opportunité car le bâtiment devient plus électrique. Le gaz va laisser sa place progressivement à des solutions de pompes à chaleur hybrides, au rythme des dates d’application et des dérogations qui sont mises en place, d’abord en maison, puis en immeuble collectif.

Un bâtiment plus électrique, c’est une opportunité pour les électriciens. La RE2020 marque un retour de l’électricité après la RT2012 et l’arrêt du chauffage électrique dans la plupart des zones. Aujourd’hui, de nouveaux besoins émergent comme les bornes de charge de véhicules électriques dont la demande explose avec une croissance de 10% par mois sur les ventes. Nous sommes leaders en France de la borne de charge, nous voyons donc vraiment ce marché se développer et c’est une opportunité pour les électriciens. Pour le moment, c’est encore capté par des entreprises de petites et moyennes tailles, mais ça se développe aussi de plus en plus sur les majeurs et les nationaux. Nous voyons donc le marché se structurer et se massifier.

Même si les exigences de la RE2020 sont minimales en matière d’équipements, tous les promoteurs et constructeurs se posent la question d’installer une borne de charge ou à minima une prise renforcée pour chaque place de parking. Cela répond aux futurs besoins des clients. D’ici 5 à 10 ans, la majorité des véhicules seront hybrides ou électriques, il est donc très important de s’y préparer. Sur les projets de construction, entre le dépôt du permis de construire, la réalisation et la livraison du logement, les délais peuvent aller de 18 à plus de 36 mois pour certains projets. Il est donc essentiel de pouvoir répondre aux attentes des futurs consommateurs dès le début.

La filière se transforme donc dans un contexte très difficile. Les constructeurs sont pris en étau entre les exigences techniques de la RE2020 et l’envolée des prix des matières. Les coûts de construction ont été figés plusieurs mois à l’avance, ce qui a des conséquences sur leurs marges. Même si la période n’est pas idéale, la filière est préparée. Pour avoir connu le déploiement de la RT2012 et l’avoir accompagnée, nous avons chez Schneider Electric fait face à des inquiétudes majeures. Avec la RE2020, la filière est beaucoup plus à l’aise. L’étanchéité à l’air est comprise et maîtrisée par tous. Les électriciens sont impactés pour les réseaux électriques et l’enveloppe du bâtiment. En ce qui concerne la connectivité, c’est un aspect qui était déjà identifié par toute la filière comme l’avenir. La plupart des électriciens sont donc à l’aise avec ces systèmes, sans être domoticiens. Ils peuvent trouver aussi des opportunités sur la partie chauffage et pompe à chaleur. Des certifications professionnelles peuvent leur permettre d’avoir la double casquette électricien / chauffagiste, s’ils ne l’ont pas déjà.

 

Retrouvez la suite de l’article ici : Impacts et opportunités de la RE2020 (partie 2)


Pas de réponses

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)