Résidentiel

Construire pour le futur : des réglementations qui ouvrent la voie à la maison à énergie positive

La RE2020 est une nouvelle norme de réglementation thermique appliquée en France, qui définit les normes de consommation d’énergie pour les nouveaux bâtiments.

Les logements consomment plus d’énergie qu’on ne le pense. En fait, la consommation d’énergie dans le résidentiel devrait augmenter de 65 % d’ici à 2050. On ne se rend compte que maintenant de l’ampleur de notre consommation quotidienne. De ce fait, les politiques, les réglementations et les normes mises en place pour atténuer le risque d’une telle empreinte carbone sont essentielles.

La durabilité est une priorité pour les législateurs du monde entier. Le secteur de la construction résidentielle est un élément tellement important dans la question du changement climatique que les réglementations environnementales requises sont en constante évolution. Il y a également de nombreux avantages sociaux et économiques : des logements plus efficaces améliorent la qualité de vie des citoyens, ce qui réduit les coûts et améliore considérablement la santé publique et l’environnement. Les constructeurs et les propriétaires ont un rôle important à jouer dans ce domaine, grâce à la feuille de route réglementaire que les législateurs leur ont tracée pour un avenir économe en énergie.

Vue d’ensemble

Il existe différentes exigences liées à l’énergie à prendre en compte durant la phase de conception ou la phase de rénovation d’un bâtiment. Ces exigences sont réglementées par la loi afin de respecter les mesures d’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment. En Europe, les codes énergétiques des bâtiments sont dans une phase dynamique prise en charge par la directive sur la performance énergétique des bâtiments (EPBD). Selon une des exigences de la directive EPBD, les États membres devaient veiller à ce que tous les nouveaux bâtiments soient à énergie quasi nulle (NZEB – nearly zero-energy buildings), d’ici le 31 décembre 2020.

Les émissions des bâtiments représentent un quart des émissions nationales de gaz à effet de serre de la France. RE2020 est une nouvelle norme de réglementation thermique en France. Elle précise les normes de consommation d’énergie pour les nouveaux bâtiments et entrera en vigueur dès Janvier 2022 . La RE2020 vise à réduire les émissions d’un bâtiment tout au long de sa vie et ce, dès sa construction. Cette réglementation exige que tous les nouveaux bâtiments soient à énergie positive (BEPOS), ce qui signifie qu’ils doivent produire plus d’énergie qu’ils n’en consomment. L’objectif est d’améliorer la performance énergétique des nouveaux bâtiments et le confort des occupants face à des conditions climatiques qui ne cessent de s’intensifier, grâce notamment à l’utilisation de matériaux biosourcés lors de la construction.

De plus, des avantages fiscaux sont mis en place afin d’encourager les propriétaires à améliorer l’efficacité énergétique de leurs maisons. D’ici 2028, les maisons classées F et G, nommées « passoires thermiques » en France, auront l’obligation légale de réaliser des travaux pour améliorer leur efficacité énergétique. Pour ça aussi, des avantages fiscaux sont en place. Avec MaPrimeRénov, les propriétaires peuvent demander un remboursement allant jusqu’à 90 % de leurs coûts de rénovation lorsqu’ils font appel à un constructeur qualifié Reconnu Garant de l’Environnement (RGE), qualification qui est largement proposée aux constructeurs de maisons individuelles en France.

Le tout se concentre sur la transition énergétique française pour la croissance verte, le projet de loi de 2015 qui planifie le passage progressif de la France à l’autonomie énergétique. Ce projet de loi vise une réduction de 30 % de la demande d’énergie d’ici 2030, puis de 50 % d’ici 2050 et une réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, puis de 75 % d’ici 2050.

Du sol au plafond : construire une maison à énergie positive

Nous avons pu constater que les réglementations qui lient les constructeurs dans la création de nouvelles constructions sont nombreuses. Elles doivent être une préoccupation essentielle lors des phases de planification et de construction de tels projets. Dans ce cas, lorsqu’il planifie de tels projets, à quoi un constructeur doit-il être attentif ?

Le site sur lequel une maison est construite est la première chose que les planificateurs doivent prendre en considération. Ils doivent s’assurer que le soleil donne directement sur la maison, qu’elle se trouve sur une zone à la topographie plate et qu’elle est le moins possible exposée aux éléments. Il est difficile de trouver un site où l’on retrouve tous ces éléments en parfaite harmonie, mais cela devrait servir de guide aux futurs gestionnaires de biens immobiliers. De plus, l’orientation de la propriété sur le terrain devrait optimiser les fonctions de chauffage et de refroidissement passifs de la maison.

Réduire au minimum le niveau de dépendance des occupants de la maison par rapport à l’énergie qu’elle produit dépend en grande partie de l’isolation et de la ventilation du bâtiment. Ces derniers éléments doivent tenir compte des conditions météorologiques locales. Des limites thermiques claires doivent être définies lors de la phase de planification, avec des spécifications pour une isolation optimale des portes et des fenêtres.

Intégrer tous ces facteurs aidera le constructeur à déterminer la taille optimale du système photovoltaïque pour répondre aux besoins énergétiques de la maison. Il sera ensuite possible, à l’aide d’un système intelligent de gestion de l’énergie, de stocker et de distribuer efficacement l’énergie en fonction des besoins de la maison.

Une solution solaire ?

Les énergies renouvelables ont créé une nouvelle façon de consommer l’énergie électrique. L’autoconsommation d’électricité a lieu lorsque des bâtiments/maisons consomment de l’énergie produite par des installations installées à proximité, comme des panneaux photovoltaïques ou des mini-éoliennes, plutôt que de compter sur le système conventionnel de distribution de l’électricité produite dans les centrales. Cela aide à réduire considérablement l’empreinte carbone des maisons.

Je n’ai aucun doute sur le fait que l’avenir de l’énergie repose sur les technologies renouvelables, telles que le solaire et l’éolien. Cependant, l’adoption des technologies solaires au niveau domestique en France est marquée par un faible retour sur investissement. Ceci est dû au fait que la majeure partie de notre consommation d’énergie avec des charges lourdes a lieu lorsque la production d’énergie solaire n’est pas à son maximum. Utiliser uniquement l’énergie solaire ne fonctionne donc pas avec les maisons. Pour maximiser son utilisation, nous avons besoin d’un système capable de stocker et d’utiliser l’énergie de manière différée, mais aussi de gérer de manière plus efficace l’énergie lorsqu’elle est disponible.

Les constructeurs peuvent promouvoir cette option via l’utilisation de systèmes de gestion de l’énergie domestique. Wiser, la solution d’intelligence artificielle de Schneider Electric pour la gestion de l’énergie dans les logements connectés, peut être bénéfique pour les utilisateurs grâce à l’automatisation de la distribution de l’énergie dans la maison. L’énergie solaire excédentaire peut être stockée puis redistribuée durant les périodes de forte consommation d’énergie, grâce à des systèmes intégrés de batterie et de programmation de la charge, par exemple lorsque le chauffage est en marche ou que la voiture électrique du propriétaire a besoin d’être rechargée.

Apprendre de nouvelles choses à une maison ancienne

La course à la durabilité vers des émissions nettes nulles dépendra beaucoup de l’adhésion du secteur du bâtiment aux réglementations environnementales mentionnées précédemment. Mais qu’en est-il des maisons déjà construites dans nos villes et nos banlieues, faut-il les démolir et les reconstruire ?

Selon les prévisions, 80 % des structures qui existeront en 2050 ont déjà été construites. La question est : comment peut-on transformer ces structures existantes en centres d’énergie domestique ? La réponse se trouve dans la modernisation. La modernisation consiste à prendre les composants existants d’une maison et à les amplifier via l’utilisation de différentes technologies digitales et de durabilité. Les exemples de ces technologies vont de la simple isolation de votre maison et du double vitrage des fenêtres à l’installation d’un éclairage LED et de chauffe-eau solaires.

Grâce à l’avènement de la domotique, les propriétaires ont la possibilité de voir et d’évaluer quelque chose qui est, à bien des égards, intangible. Auparavant, on considérait l’énergie comme quelque chose qui flottait dans l’air et qui était quelque chose d’acquis. Pouvoir surveiller et mesurer la consommation d’énergie permet une meilleure utilisation et moins de gaspillage. Nous devons continuer à éduquer les propriétaires pour qu’ils soient plus économes en énergie.

Les constructeurs sont le lien unique et nécessaire dans le mouvement de l’énergie verte, et la motivation des propriétaires et des constructeurs de maisons est claire. En France, des réductions d’impôts sont proposées pour aider les personnes qui optent pour une modernisation de leur maison, mais ces projets ne peuvent être gérés que par un constructeur agréé Reconnu Garant de l’Environnement (RGE), qualification qui est largement proposée aux constructeurs. De plus, le gouvernement français oblige les propriétaires à rénover les biens qui sont classés F ou G, ce qui incite d’autant plus les constructeurs à profiter de la qualification proposée et de l’énorme opportunité qui se présente à eux.

La définition de la maison du futur est en train d’évoluer. Autrefois consommatrice statique et individuelle des ressources de notre planète, la maison devient de plus en plus dynamique et interconnectée, une entité en soi qui peut restituer autant qu’elle prélève. La technologie nécessaire pour arriver à un avenir durable, sans émissions de gaz à effet de serre, existe. Ce sont maintenant les réglementations environnementales et ceux qui les appliquent qui doivent ouvrir la voie pour y parvenir.

Article écrit par Denis Marant, Senior Vice President Final Distribution, Schneider Electric

Découvrez de nouvelles perspectives pour vos projets ! Nous vous proposons un tour d’horizon du logement de demain, entre professionnels, avec des exemples concrets et des solutions directement applicables à vos projets. Inscrivez-vous à notre newsletter !

 

S’inscrire à la newsletter

 

 

A propos de l’auteur

Denis Marant est actuellement SVP de la division Final Distribution du secteur Home and Distribution chez Schneider Electric. Cette division a pour objectif de proposer une large gamme de solutions avancées de sécurité électrique destinées aux secteurs résidentiels et aux bâtiments. Contribuer à imaginer des solutions innovantes pour un avenir plus sûr et durable pour les logements et les bâtiments est sa passion personnelle. Il dirige, avec sa division, plusieurs initiatives dans le domaine du développement durable qui permettent de contribuer de manière significative aux engagements de Schneider Electric.


Pas de réponses

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)