Life at Schneider

​Rencontre avec Iris Pigeollot-HR Experience Partner à Toronto

Présente-toi rapidement (prénom, âge, parcours scolaire, entrée chez Schneider Electric).

Je m’appelle Iris, j’ai 31 ans. Je suis arrivée chez Schneider Electric il y a maintenant 3 ans. J’ai suivi un parcours classique en école de commerce qui m’a permis d’obtenir un Bachelor chez NEOMA Business School puis un Master 2 en international business management à l’INSEEC Paris. Mon parcours est généraliste, l’essentiel de mes stages s’est concentré sur des missions de marketing stratégique et opérationnel.

Parle-nous un peu de ton parcours chez Schneider Electric

J’ai commencé ma carrière en tant que Marketing Manager dans un organisme de certification renommé. Après 4 ans,  j’ai souhaité donner une dimension plus internationale à ma carrière. J’ai démissionné pour prendre un Volontariat International en Entreprise (V.I.E) à Shanghai (Chine), chez Schneider Electric. En tant que Global Communication Specialist pour la fonction HR Shared Services, ma mission était de créer et déployer la stratégie communication de cette entité (ndlr : les HR Shared Services sont composés d’environ 1 000 collaborateurs et gèrent entre autre le système d’information RH, les données des employés, les opérations de recrutement, learning et rémunérations, la paie, les campagnes RH liées au cycle des employés, les services de relocalisation, l’analytique des données RH…). L’objectif de cette mission était d’engendrer plus de synergie entre les différentes régions du monde et d’accroitre la visibilité des sujets et collaborateurs au sein de Schneider Electric. A la fin de mon V.I.E, j’ai cherché à poursuivre mon expatriation. Au travers de mon réseau, j’ai pu décrocher une mobilité internationale pour partir aux U.S. ou au Canada.

Où es-tu aujourd’hui et quel poste occupes-tu ?

J’occupe aujourd’hui un poste de HR Experience Partner North America à Toronto. Mon périmètre se concentre essentiellement sur le Canada et une partie des U.S. Mon rôle consiste à optimiser l’expérience de nos employés et managers au travers de nos applications digitales et process RH. Collecter la voix de nos clients internes, identifier les obstacles qu’ils rencontrent, me permet de proposer des améliorations systèmes avec les équipes projet, simplifier/clarifier des processus pour leur offrir une meilleure expérience utilisateur. En parallèle, je m’occupe de la conduite du changement lorsque de nouvelles applications digitales RH sont déployées en Amérique du Nord, afin d’assurer l’adoption par nos collaborateurs et maximiser l’efficacité des outils.

Et alors, le Canada, c’est comment ?

Ce qui m’a marqué quand je suis arrivée à Toronto, c’est la diversité. Il y a un mélange des cultures incroyable, les locaux sont très accueillants et respectueux. Toronto est une ville active qui m’a semblé être au carrefour d’un Londres, d’un New York et d’un Amsterdam.

Sur le plan professionnel, l’équilibre vie pro/vie perso me semble très marqué ici. Les journées sont bien remplies, il est cependant rare d’avoir des calls après 16h l’après-midi. Ce qui me plait ici, c’est la grande confiance qu’il y a entre les collaborateurs et l’agilité déployée dans l’exécution des missions; pas de micro-management, la confiance règne et chacun fait de son mieux pour délivrer selon les attentes. J’ai aussi constaté une forte collaboration et une entre-aide remarquable qui j’en suis persuadée, contribuent drastiquement à l’atteinte des objectifs collectifs et individuels. 

Qu’est-ce que l’expatriation t’a apporté sur le plan personnel ? Pourquoi recommanderais-tu à des collaborateurs de partir s’ils en avaient l’opportunité ?

L’expatriation vous oblige à vous éloigner de vos repères (famille, amis, habitudes) pour migrer vers un environnement inconnue qui vous incite à sortir de votre zone de confort. Pendant une certaine période, « adaptation » devient le maitre mot. S’adapter à une nouvelle culture, des mœurs nouveaux, une façon de travailler inconnu, une mentalité, des codes différents, potentiellement une nouvelle langue… S’adapter demande beaucoup d’énergie et de résilience, l‘apprentissage est constant… C’est en quelque sorte le revers de la médaille ! Lorsque vous vous expatriez, que ce soit dans la vie professionnelle ou quotidienne, il est de raison d’oublier vos codes et repères pour tout réapprendre. Négliger les préjugés parfois très ancrés, découvrir, observer abondamment, demander, oser, tester, risquer, prendre sur soin, prendre du recul, ne jamais se décourager, sont les garants d’une expérience des plus enrichissantes. La médaille ? L’accomplissement personnel, une multitude de petites victoires souvent quotidiennes, un développement accéléré de soi même, un apprentissage exponentiel (personnel et professionnel) et des rencontres remarquables.

Toutes nos offres sont disponibles sur notre page carrières


Pas de réponses

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)