Industrie

Les experts en mines, minéraux et métaux décrivent une nouvelle ère de production durable d’acier et de ciment

Dans toutes les industries, les entreprises, grandes et petites, classent la durabilité centrée sur le client comme un impératif commercial. Les industries des minéraux, métaux et verriers  ne font pas exception. Au-delà de l’impact positif de ces efforts sur l’environnement, la société et la gouvernance, ces entreprises sont récompensées par un gain économique et un avantage concurrentiel à long terme.

Les entreprises, les citoyens concernés et les gouvernements s’accordent à dire qu’il faut faire davantage pour atteindre les limites d’émission de l’Accord de Paris, à savoir une augmentation de la température mondiale de +1,5°C ou moins (par rapport aux niveaux préindustriels). C’est le message qui ressort d’un récent séminaire parrainé par Schneider Electric intitulé « La durabilité à la source, la mettre en œuvre dès le départ », au cours duquel trois organisations mondiales du secteur des mines, des minéraux et des métaux ont discuté de leurs stratégies de durabilité en cours et de leurs actions en pratique.

Schneider Electric soutient les efforts de réduction des émissions de carbone en fournissant des solutions de durabilité de bout en bout, rendues possibles par la transformation numérique : des technologies évolutives qui visent à réduire la consommation d’énergie en optimisant la gestion de l’énergie et des opérations, aux micro-réseaux et aux énergies renouvelables, en passant par des stratégies plus révolutionnaires comme l’économie circulaire ou la transformation des processus traditionnels.

L’innovation permet de produire de l’acier à faibles émissions

Tenova est une entreprise leader spécialisée dans les solutions durables pour la transition écologique de l’industrie des métaux. Ses plus de 2 300 ingénieurs, métallurgistes, chimistes et consultants expérimentés répartis dans 19 pays ont aidé les entreprises à réduire leurs coûts, à économiser de l’énergie et à limiter leur impact sur l’environnement tout en améliorant les conditions de travail, en proposant des services et une conception technologique innovants.

Au cours des dernières années, cette entreprise s’est imposée comme la société possédant le portefeuille de technologies le plus durable dans le domaine de la production d’acier. Lors de la fabrication de l’acier, les hauts fourneaux utilisent généralement une grande quantité de charbon de cuisson, qui est une source importante d’émissions de carbone au niveau mondial. En fait, selon leur vice-président exécutif, les hauts fourneaux alimentés au charbon sont responsables de 92 % des émissions de carbone générées par le processus de fabrication de l’acier.

Au cours des dernières années, des innovations ont contribué à rendre les opérations de production d’acier plus durables. Dans le cas des usines de fer à réduction directe (DRI), où l’on utilise des fours à arc électrique alimentés au gaz naturel par exemple, les émissions de CO2 sont réduites de 50 % par rapport aux hauts fourneaux traditionnels qui utilisent du charbon. Environ 30 % de l’acier mondial est maintenant fabriqué à l’aide de fours électriques, qui utilisent souvent de la ferraille d’acier recyclée comme principale source de matériaux d’alimentation des fours.

Les entreprises travaillent également sur des méthodes permettant de produire de l’acier sans aucune émission. Étant donné que l’industrie sidérurgique devrait, dans un avenir proche, produire près de deux milliards de tonnes d’acier par an, de nouvelles usines capables de produire des centaines et des milliers de tonnes d’acier par an en utilisant de l’hydrogène sans émissions de CO2 sont en cours de planification et de construction. En fait, Tenova est à la tête de la conception de la toute première usine d’hydro-réduction en Chine. Ces usines utilisent l’hydrogène de manière flexible et progressive, ce qui permet de réduire les émissions de CO2 jusqu’à 95 % sur l’ensemble de la chaîne de production de l’acier. De telles initiatives aident les régions industrielles du monde entier à réduire plus rapidement leurs émissions.

Au cours des dix dernières années, l’acier lui-même est devenu à la fois plus solide et plus léger. Les véhicules plus légers produisent beaucoup moins d’émissions et peuvent désormais être construits sans compromettre la durabilité et l’intégrité de la structure du véhicule. Accélérer le développement de ces matériaux est une autre façon pour une entreprise de contribuer à la réduction globale des émissions de carbone.

Une grande entreprise de production de ciment franchit une nouvelle étape en matière de durabilité

L’urbanisation ne cessant de croître ; les possibilités de réduction des émissions de carbone dans les secteurs de la fabrication du ciment et du béton sont importantes.

Aujourd’hui, la production mondiale de ciment génère environ 8 % des émissions mondiales de CO2, soit un niveau similaire à celui des émissions produites par l’industrie sidérurgique. L’un des principaux producteurs de ciment au monde, dont les 72 000 employés travaillent dans 80 pays, est parfaitement conscient de sa responsabilité dans l’amélioration de la durabilité de la production de ciment.

Selon le responsable de l’environnement et des affaires publiques de ses activités canadiennes, l’entreprise s’est engagée à atteindre des émissions nettes de carbone nulles d’ici 2030. « Tout le monde fait la course à la décarbonisation. Nous apportons notre contribution en développant les produits en béton et en ciment les moins émetteurs de carbone possible », a-t-il déclaré.

La production de ciment utilise des niveaux élevés d’énergie thermique et électrique pour faire fonctionner les fours qui produisent le ciment. Ce producteur de ciment cherche à la fois à réduire la quantité d’énergie thermique nécessaire et à développer des fours qui peuvent remplacer les combustibles fossiles par des combustibles de substitution. Cette approche « géocyclique » utilise des matériaux tels que les plastiques non recyclables, les déchets de démolition de l’industrie textile et de la construction, et les fines de bois (un biosolide) pour remplacer le charbon, le coke de pétrole et même le gaz naturel. En fait, dans leur nouvelle usine de Colombie-Britannique, ils co-traiteront plus de 48 millions de tonnes de déchets et de bioproduits dans leurs fours comme source d’énergie de combustion.

« A l’avenir, nous prévoyons de nous consolider non seulement en tant que société de matériaux de construction, mais aussi en tant que société de gestion des déchets », a-t-il déclaré.

Pour en savoir plus sur la manière dont les entreprises du secteur de l’exploitation minière, des minéraux et des métaux réduisent leurs émissions de gaz à effet de serre, cliquez ici pour télécharger la première partie de cette série de blogs, ou visionnez l’intégralité du webinaire de Schneider Electric intitulé « Sustainability at the Source, Getting it Right from the Start ».

Traduit de l’anglais depuis : Mining, Minerals and Metals Experts Describe a New Era of Sustainable Steel and Cement Production.


Pas de réponses

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)