Industrie

5 éléments clés pour accélérer votre transition vers des opérations minières, minérales et métallurgiques durables

La pression exercée par les gouvernements, les actionnaires, les clients, les partenaires de la chaîne d’approvisionnement et les communautés locales sur les entreprises minières, minérales et métallurgiques mondiales pour qu’elles décarbonisent leurs activités s’intensifie à un rythme accéléré. Selon McKinsey & Company, l’industrie minière génère à elle seule entre 1,9 et 5,1 gigatonnes d’émissions de gaz à effet de serre (GES) par an. Plus loin dans la chaîne d’approvisionnement, l’industrie métallurgique contribue pour environ 4,2 gigatonnes, principalement par la production d’acier et d’aluminium. Ces chiffres devront diminuer radicalement si l’on veut parvenir à une exploitation minière, une production de ciment, ainsi qu’une extraction et un traitement des métaux durables.

Heureusement, de nouvelles technologies numérisées d’électrification et d’efficacité du traitement voient le jour et permettent à l’industrie minière, minérale et métallurgique de commencer à répondre à ces importantes attentes mondiales en matière de réduction des émissions de CO2. La question se résume à l’exécution de plans stratégiques qui peuvent rendre les opérations de base plus durables. Parallèlement, tout en gérant cette transition, les acteurs du secteur des mines, des minéraux et des métaux doivent mettre en œuvre leurs plans de réduction des émissions d’une manière qui préserve la rentabilité et la valeur actionnariale.

L’exploitation minière et le traitement des métaux durables nécessitent une approche intégrée

Chez Schneider Electric, nos principaux domaines d’expertise comprennent la gestion de l’énergie et l’automatisation industrielle. Nous avons constaté que les projets de réduction des émissions de gaz à effet de serre les plus réussis impliquent des ajustements simultanés de cinq éléments critiques : l’efficacité énergétique, la gestion de la production, la gestion de la maintenance, la durabilité et les opérations intégrées.

Vous trouverez ci-dessous plusieurs recommandations sur la meilleure façon de commencer à mettre en œuvre cette approche des  » cinq intégrations « .

  1. Gestion de l’énergie – Dans un premier temps, nous recommandons aux entreprises du secteur des mines, des minéraux et des métaux de commencer par un audit énergétique des secteurs les plus énergivores de leurs activités. Cela permet à l’organisation de fixer des objectifs d’amélioration réalistes et d’établir des repères énergétiques. L’étape suivante consiste logiquement à doter les équipes chargées du développement durable d’outils appropriés permettant de mesurer la consommation d’énergie des processus de base. Une fois qu’une base de référence de la consommation est établie, les équipes internes peuvent alors rechercher les approches et les solutions qui permettront de réduire ces chiffres et d’atteindre l’optimisation la plus élevée.

Parmi ces outils, citons les logiciels de suivi de l’énergie et d’analyse des données, ou les options d’énergie renouvelable telles que les micro-réseaux qui peuvent aider à faire passer la production d’énergie opérationnelle des sources de combustibles fossiles aux sources d’énergie renouvelable. L’aide aux méthodologies d’achat d’énergie qui permettent d’économiser de l’argent tout en réduisant l’empreinte carbone est également efficace pour accroître l’efficacité énergétique opérationnelle globale. Pour ceux qui sont confrontés à des contraintes de capital pour s’attaquer à certains de ces problèmes dès le départ, il est possible d’explorer la possibilité d’un financement hors bilan (les économies d’énergie réalisées grâce aux nouvelles technologies permettent de rembourser l’investissement au fil du temps, en utilisant les économies d’exploitation pour financer les dépenses d’investissement).

2. Gestion de la production – Les industries des mines, des minéraux et des métaux sont en train de passer de la valeur au volume. Dans le cas de la gestion de la production minière, par exemple, les actifs sont aujourd’hui 28 % moins productifs qu’il y a dix ans. Cela est dû en grande partie au fait que les réserves nécessitent davantage de traitement par pied cube, les ratios minerai/roche diminuant au fil du temps. Pour remédier à ces écarts, les applications d’intelligence artificielle et l’analyse des données permettent désormais d’optimiser les processus en temps réel, ce qui se traduit par des rendements de qualité supérieure tout en générant une consommation d’énergie moindre. En outre, le « tout à distance » commence à dominer les tendances en matière d’investissement technologique. La possibilité de travailler à distance représente une nouvelle façon de travailler pour de nombreux acteurs de l’industrie, et contribue à créer une nouvelle génération de main-d’œuvre capable d’apporter de la valeur depuis n’importe quel endroit du globe. Le fait que les experts ne soient pas obligés d’être physiquement sur place pour gérer la production accroît la flexibilité, élargit le champ d’influence de ces experts, préserve la santé des travailleurs et réduit les émissions de CO2 liées aux déplacements.

3. Gestion des actifs – La pandémie de COVID 19 a rapidement accéléré la migration vers une gestion et une maintenance des actifs intégrées numériquement et de manière holistique. Pour les entreprises du secteur des mines, des minéraux et des métaux, les temps d’arrêt représentent une perte d’énergie, car les temps d’inactivité et de redémarrage des équipements sont gourmands en énergie. Les nouveaux logiciels d’analyse de la maintenance prédictive et de la surveillance des conditions peuvent résoudre ces problèmes en identifiant les anomalies de comportement des actifs et les problèmes de performance des équipements avant que des retards ou des arrêts ne se produisent. L’analyse et les rapports réduisent les risques de temps d’arrêt en fournissant des indications sur le moment où la maintenance doit être planifiée et programmée, avant une situation d’arrêt imprévu.

4. Durabilité – Au fur et à mesure que des notions telles que l’économie circulaire et les produits verts gagnent en popularité, les entreprises du secteur des mines, des minéraux et des métaux adopteront de plus en plus des approches telles que la « durabilité intégrée » : l’incorporation de la valeur environnementale, sanitaire et sociale dans les activités commerciales de base sans compromis sur le prix ou la qualité. Mais pour atteindre un tel objectif, il faudra faire preuve de discipline en maîtrisant les émissions de type Scope 1 (émissions directes provenant de sources que l’organisation possède ou contrôle) et Scope 3 (émissions liées aux chaînes d’approvisionnement). L’expérience de Schneider Electric dans la réalisation de ses propres succès en matière de durabilité interne et de chaîne d’approvisionnement peut servir de modèle aux entreprises du secteur des mines, des minéraux et des métaux qui ont besoin d’aide pour surveiller, capturer, analyser, comparer et publier les données sur les émissions de portée 1 et 3. Les initiatives écologiques, telles que le programme Green Premium de Schneider Electric (axé sur les indicateurs clés de performance structurés en matière de ressources durables, de réutilisation et de bien-être) peuvent servir d’exemples utiles pour guider les entreprises du secteur des mines, des minéraux et des métaux dans leur quête de formalisation des efforts de durabilité.

5. Opérations et planification intégrées – Le mécanisme d’opérations et de planification intégrées, facilité par des logiciels novateurs, présente le plus grand potentiel de gains d’efficacité et de productivité pour les organisations du secteur des mines, des minéraux et des métaux. Ces outils permettent aux intervenants du secteur des mines, des minéraux et des métaux de gérer l’ensemble de leurs activités, de la ressource au marché. La solution permet d’optimiser les plans et les calendriers, d’identifier les risques et les écarts, de repérer les inefficacités et de présenter les bonnes informations aux bonnes personnes au bon moment. La solution peut augmenter la productivité jusqu’à 20 % en améliorant l’efficacité opérationnelle. La collecte, l’intégration et l’analyse des informations dans les environnements de production, de maintenance et de gestion de l’énergie réduisent les risques inhérents au traitement de données en silo inexactes et intempestives. Ces outils logiciels permettent aux entreprises de considérer leurs chaînes d’approvisionnement à la fois comme des éléments distincts et comme un système unique qui fonctionne selon des objectifs et des mesures de durabilité unifiés.

Pour en savoir plus sur la façon dont les entreprises du secteur des mines, des minéraux et des métaux peuvent accélérer la réduction de leurs émissions de carbone, téléchargez le nouveau guide électronique de Schneider Electric intitulé « Cinq approches innovantes pour la durabilité des ressources ».

Revivez notre Innovation Talk 100% digital avec les experts des engins de manutention et découvrez le nouveau système de levage autonome intégré spécialement pour l’industrie.

Revoir le webinar


Pas de réponses

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)