Industrie

L’industrie doit se transformer. Voici une recommandation pratique

deux personnes en train de parler dans une usine autour d'une table

Les défis auxquels l’industrie est confrontée en ce moment sont difficiles à relever : perturbations de la chaîne d’approvisionnement, confinements récurrents et restrictions de voyage persistantes, pour n’en citer que quelques-uns. Nous essayons tous de trouver un équilibre entre la nécessité de relever ces défis et celle de travailler à un avenir où nous serons plus résilients, durables et efficaces.

Mais les efforts d’aujourd’hui ne sont pas suffisants. Nous sommes trop conservateurs.

Une plus grande partie de notre énergie collective doit être consacrée au « comment » pratique, c’est-à-dire au « comment pouvons-nous y arriver avec des actions immédiates ». Nous disposons de technologies et de solutions innovantes qui attendent d’être déployées.

McKinsey estime que l’Europe n’exploite que 12 % de son potentiel numérique, les États-Unis faisant à peine mieux avec 18 %. On peut aussi voir les choses autrement : la productivité libérée par l’économie numérique en Inde pourrait créer 60 à 65 millions d’emplois, et elle pourrait représenter jusqu’à 45 % des revenus du secteur en Chine d’ici à 2030.

Le problème : des solutions fermées

Tout cela montre clairement que les technologies numériques sont la clé de la résilience, de la durabilité et de l’efficacité. Nous avons tous travaillé avec l’automatisation suffisamment longtemps pour le savoir. Tout numériser, intégrer, mesurer, surveiller, adapter et itérer en fonction des données. C’est très simple, mais cela traduit l’idée de base.

Donc, si nous connaissons le potentiel de la numérisation, qu’est-ce qui nous empêche d’en exploiter toute la puissance ?

De façon peut-être surprenante, les contraintes sont de nature plus historique et psychologique que technique. La capacité des fabricants et des industries de transformation à innover a longtemps été limitée par des systèmes d’automatisation industrielle fermés et propriétaires. Les approches existantes en matière d’automatisation et d’outils sont actuellement limitées par le verrouillage des fournisseurs et ne sont pas optimisées pour la création et la gestion de systèmes modernes basés sur des données et des logiciels. Lorsque les solutions des fournisseurs ne peuvent pas communiquer entre elles, la capacité d’une entreprise à se transformer numériquement est limitée.

La solution : « l’Universal automation »

L’adoption d’une couche d’automatisation standardisée, commune à tous les fournisseurs, pourrait offrir d’énormes possibilités de croissance et de modernisation dans toute l’industrie. Pensez à l’Universal automation comme à l’aube d’un magasin d’applications d’automatisation industrielle.

Les normes communes et la collaboration entre les entreprises sont également essentielles pour favoriser l’innovation. Le monde de l’informatique a depuis longtemps compris les avantages des plateformes d’exploitation ouvertes. Le monde industriel a maintenant une occasion précieuse de répéter ce succès.

Bien sûr, il est compréhensible que de nombreux fournisseurs traditionnels d’automatisation industrielle ne soient pas à l’aise avec ce type de changement. Après tout, des concepts tels que l' »interopérabilité » et la « portabilité » vont à l’encontre de leurs modèles commerciaux de longue date.

Mais ce qui n’est au départ qu’une question d’auto-préservation peut rapidement se transformer en une fragmentation du marché et en une obsolescence – de la même manière que la disparition de l’ordinateur central en tant que solution de masse est due en grande partie à un manque de compatibilité et aux efforts d’ingénierie supplémentaires qu’il a fallu déployer pour l’entretenir.

La technologie est prête

Notre propre offre d’Universal automation, EcoStruxure Automation Expert, est le premier système d’automatisation universelle centré sur le logiciel au monde. Il dissocie le matériel du logiciel pour permettre :

  • Une plus grande polyvalence, permettant aux applications d’automatisation d’être construites à l’aide de composants logiciels centrés sur les actifs, indépendamment de l’infrastructure matérielle sous-jacente.
  • Une efficacité d’ingénierie avancée, grâce à laquelle les utilisateurs peuvent distribuer des applications à toute architecture matérielle de système de leur choix – avec un effort de programmation supplémentaire minimal, voire nul.
  • Une plus grande agilité en permettant aux données sur le terrain et aux données dans le nuage d’utiliser le même système et, en éliminant les couches entre les données sur le terrain et les analyses, en rendant le système beaucoup plus réactif.

Grâce à cette technologie ouverte, nous pouvons nous connecter à presque tout matériel tiers, quel que soit le fournisseur.

Nous l’avons récemment mis en œuvre dans notre centre de distribution intelligent de Shanghai. Comme le logiciel est découplé du matériel, il est plus facile et plus rentable de modifier la ligne de transport pour l’adapter. Résultat : l’identification de la cause profonde de la défaillance et le dépannage sont quatre fois plus rapides. Et avec 45 % de produits en moins sur la ligne d’erreur, le débit est augmenté de 5,3 %.

La dernière version d’EcoStruxure Automation Expert comprend une intégration étroite avec AVEVA™ System Platform. Une étude a montré que la combinaison d’EcoStruxure Automation Expert et d’AVEVA réduisait les efforts d’ingénierie de plus de 50 % [1].

Livre Blanc EcoStruxure Automation Expert

L’heure du changement a sonné

Nous nous demandons toujours : Comment pouvons-nous devenir plus résilients, efficaces et durables ? La réponse est d’adopter l’interopérabilité. La norme IEC 61499, qui rend possible « l’Universal automation », crée également l’environnement d’une nouvelle révolution industrielle ; une résilience, une efficacité et une durabilité accrues vont de pair.

Chez Schneider Electric, nous ouvrons la voie. Mais nous espérons voir toute l’industrie nous suivre dans ce voyage ouvert. En apportant plus de valeur à l’utilisateur final, une approche interopérable augmentera les investissements dans l’automatisation – ce qui signifie de nouveaux revenus, de nouveaux modèles commerciaux et de nouveaux clients pour les fournisseurs et les intégrateurs d’automatisation.

Le changement n’est pas un jeu à somme nulle où le gagnant prend tout. Les industries, les clients, les vendeurs et les utilisateurs finaux bénéficieront tous d’un marché de l’automatisation plus libre, plus ouvert et plus compétitif. Tout ce qu’il faut maintenant, c’est une collaboration entre les principaux acteurs de l’industrie et les fournisseurs d’automatisation pour donner une impulsion finale au processus.

Il est temps de passer à l’action : adoptez la norme. Adoptez la technologie. Commençons à construire les industries du futur – aujourd’hui !

____________

Cet article de blog a été initialement publié en anglais.

[1] Test interne de Schneider Electric.


Pas de réponses

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)