Industrie

CAPEX ou OPEX ? Et pourquoi pas TOTEX ? Il est temps de repenser les choses en profondeur

Ce blog fait partie d’une série de blogs autour de l’Industrie du Futur. Découvrez toute notre série et des ressources complémentaires en cliquant ici.

 

« Chaque évolution nécessite un état d’esprit différent et une volonté de penser différemment ».

L’heure est venue d’une refonte totale ?

CAPEXNous vivons une époque extrêmement difficile. Les réalités d’un monde post-COVID sont encore floues alors qu’une pression énorme existe pour continuer à réduire les coûts des projets d’investissement, réduire les coûts d’exploitation, réduire la consommation d’énergie, atteindre les objectifs de durabilité environnementale, et tout cela avec moins de ressources et de personnes.

Mais si nous utilisions ce temps pour penser différemment. C’est le bon moment pour redéfinir notre approche des investissements en capital et des investissements opérationnels.

Une ère de changement – L’heure du TOTEX a-t-elle sonné ?

La première façon de penser différemment est d’adopter une approche axée sur les dépenses totales (TOTEX), en dépensant de l’argent pour obtenir des résultats, indépendamment de ses CAPEX ou OPEX.  Un euro est un euro, peu importe quand vous le dépensez ! Choisissez donc là où vous obtenez le meilleur rendement global.

Historiquement, l’approche consiste à considérer les dépenses d’investissement (CAPEX) et les dépenses opérationnelles (OPEX) comme des catégories distinctes, sans nécessairement les relier dans une vision des dépenses totales sur toute la durée de vie (TOTEX).  L’approche TOTEX (dépenses d’investissement + dépenses opérationnelles) considère le coût total des dépenses, sur la durée de vie de l’usine. En d’autres termes, une opportunité peut sembler relativement coûteuse en termes de CAPEX, mais selon l’approche TOTEX, elle peut présenter des avantages économiques tangibles avec un délai de récupération intéressant.  Investir un dollar de plus en CAPEX peut décupler les bénéfices pendant la durée de vie de l’usine.

 

« C’est le coût de l’actif sur toute sa durée de vie qui est crucial, pas seulement la dépense initiale. »

 

L’approche TOTEX met l’accent sur l’investissement nécessaire, et non sur le fait qu’il s’agisse d’un investissement CAPEX ou OPEX.  Ces lignes peuvent être floues lorsqu’il s’agit d’une remise à neuf, d’une révision majeure ou d’un entretien périodique important.  Une pièce d’équipement majeure peut être remplacée, achetée en tant que CAPEX afin d’être capitalisée, inscrite dans le livre comme un actif, puis amortie au fil du temps.  Ce n’est jamais aussi simple que l’un ou l’autre.

Deuxièmement, une approche TOTEX nous oblige à penser de manière plus large.  Par exemple, lorsqu’on réfléchit à la durée de vie complète d’un actif, les équipes responsables de la conception de l’énergie électrique et de la conception du processus ne se préoccupent normalement que de leurs domaines spécifiques et de leur rôle dans le cycle de vie. Les concepteurs de l’usine pensent rarement à l’exploitation et à la maintenance de l’usine (il peut s’agir d’un problème aussi simple que l’emplacement de l’équipement lors de la conception, qui crée ensuite des difficultés de travail en espace confiné pour les équipes de maintenance).

Remettre en question les croyances traditionnelles, modifier les hypothèses de conception de base, utiliser des outils différents permet aux ingénieurs et aux équipes de gestion des actifs de mettre les options sur la table, dès le début, et d’échanger les décisions d’investissement à court terme contre les objectifs de performance à long terme.  Il est possible de prendre des décisions plus éclairées qui garantissent que la technologie fournie est moins coûteuse et plus rapide que celle du passé.  Cette approche permet également d’éviter le « Ce n’est pas mon problème, nous nous en soucierons une fois que les centrales seront opérationnelles ».

Optimiser le TOTEX grâce à une approche combinée de l’énergie et des processus basée sur l’information.

Une exigence fondamentale de la gestion du TOTEX est que les décisions doivent être prises sur la base de mesures quantitatives afin d’optimiser le coût total de possession. Une condition préalable à toute initiative de réduction du TOTEX doit être l’acquisition de données fiables, précises et actuelles. L’une des approches permettant d’atteindre ce niveau de précision des données consiste à intégrer les informations relatives à l’électricité et au processus, de la conception à l’exploitation et à l’évolution. Cette intégration apporte une meilleure connaissance des limites électriques et de processus, une collaboration pour explorer les opportunités d’économie d’énergie / prendre des décisions d’efficacité énergétique et un diagnostic plus rapide des anomalies et des déclenchements. Pour en savoir plus sur l’approche de Schneider Electric en matière d’intégration, consultez le document de référence « Eight Strategies to Drive Enterprise Profitability through Integrated Power Management and Process Automation« .

 

« Passer de l’expérience et de l’intuition aux données et à l’analyse. »   

 

Dans une approche TOTEX, il est important d’établir une base de référence précise. C’est pourquoi il est important de disposer d’informations de conception précises dès la phase CAPEX, car cela nous permet de passer de « l’expérience et de l’intuition » aux « données et à l’analyse ».

La consommation d’énergie est une mesure essentielle car elle a un impact économique important.  Toutefois, il faut la replacer dans le contexte du débit de production. Par exemple, si une pompe consomme plus de courant, est-ce parce qu’elle fonctionne plus intensément en raison d’une demande de production accrue, ou est-ce parce que la pompe commence à tomber en panne ? Y a-t-il une plus grande résistance dans l’arbre de la pompe qui fait que le moteur travaille plus fort ?  Historiquement, il a été difficile de faire cela sur des usines en fonctionnement, mais les progrès de la technologie le permettent désormais.

La prise de décision basée sur les données ne se définit pas seulement par la collecte de données, mais aussi par la manière dont elles sont utilisées pour prendre des décisions cruciales. Prenons l’exemple d’une pompe : comment décider entre l’achat d’une pompe de qualité supérieure pendant le CAPEX, qui nécessite moins de maintenance globale, et une pompe moins coûteuse qui nécessite plus de maintenance tout au long de sa durée de vie ?  Quel est le meilleur moment pour entreprendre la maintenance ? Lorsqu’elles sont combinées, lesquelles offrent le meilleur TOTEX ?

L’utilisation des données sur la performance des actifs présente également des avantages stratégiques à long terme. Au fil du temps, on obtient une image de l’équipement dans différentes conditions de fonctionnement, qui peut ensuite être utilisée pour optimiser ses performances.  Cette même image peut être utilisée pour déterminer « ce qui est bon », afin de savoir comment exploiter et entretenir cet équipement pour obtenir des performances optimales.  Dans l’exemple de la pompe, si les performances commencent à dévier ou à se détériorer, des alertes précoces permettront d’éviter des pannes coûteuses.

La collaboration et la communication transparente sont essentielles

La capacité d’une organisation à planifier la valeur est favorisée (ou affaiblie) par le degré de coordination entre les personnes, les processus et la technologie. Par exemple, une meilleure coordination des équipes chargées de l’énergie électrique et de l’automatisation des processus permet d’obtenir de meilleurs résultats globaux. Et l’équipe financière doit être incluse dans cette démarche.  Les finances se concentrent traditionnellement sur les centres de coûts, les centres de profits, les P&L, mais d’un autre côté, les gestionnaires d’actifs, les responsables de la fiabilité, les responsables des opérations, les responsables de la maintenance sont concernés par les coûts attribués à un actif ou à un groupe d’actifs, à une unité de processus ou à un site d’événement.  L’alignement et la collaboration entre les organisations sont nécessaires.

En résumé

Bien que l’approche TOTEX puisse être relativement nouvelle pour certains, elle a déjà été adoptée par des secteurs réglementés qui dépendent fortement des infrastructures, comme le secteur de l’eau.  Le passage à une réglementation basée sur le TOTEX est motivé par le désir de permettre des résultats basés sur des conséquences économiques complètes. Ces décisions ne sont plus classées comme CAPEX ou OPEX mais plutôt basées sur la valeur de l’investissement à long terme. Une approche TOTEX augmente la flexibilité de la prise de décision et offre une plus grande liberté pour poursuivre l’innovation avec une meilleure collaboration des équipes financières, d’ingénierie, d’exploitation et de maintenance afin de fournir une valeur totale du cycle de vie.

Allez plus loin et découvrez toute notre série de blog et des ressources complémentaires en cliquant ici.


Pas de réponses

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)