Industrie

Profitez d’un nouvel élan : entrez dans la prochaine génération industrielle !

Industrie de prochaine génération

La crise sanitaire provoquée par l’épidémie de Covid-19 et la crise économique qui s’en est suivie ont été un révélateur : à secteur d’activité égal, certaines entreprises ont été gravement fragilisées par la situation, tandis que d’autres se sont adaptées et ont pu pérenniser leur volume d’activité, voire l’augmenter. Ce contexte inédit – mais dont beaucoup prédisent qu’il devrait, dans les années à venir, se reproduire – a mis en lumière les qualités de résilience que l’entreprise de demain se doit de posséder si elle veut perdurer.

La digitalisation, colonne vertébrale de l’industrie nouvelle génération

Qu’est-ce qui caractérise la prochaine génération industrielle ? Sans aucun doute sa flexibilité et sa réactivité, cruciales pour s’adapter à un environnement incertain, versatile et complexe. Mais aussi sa capacité à réduire ses consommations d’énergie et son empreinte carbone, ce qui lui permettra à la fois de faire de substantielles économies, de se conformer à la réglementation et de répondre aux standards de l’industrie responsable, telle que souhaitée par la société.

L’adoption du numérique comme colonne vertébrale de l’industrie se révèle un formidable levier de compétitivité et de performance énergétique. Elle permet à l’entreprise, en toutes circonstances, d’être en adéquation avec son environnement et avec son marché, dont on peut lister quelques grandes tendances :

  • des consommateurs en demande de solutions de plus en plus personnalisées et qui souhaitent même, pour certains, prendre part à la création des produits qu’ils consomment ;
  • un contexte concurrentiel qui oblige à innover pour répondre aux attentes des clients au meilleur prix et dans des délais garantis ;
  • une évolution des usages qui requiert agilité et réactivité pour rester dans la course ;
  • de nouvelles contraintes, de nouvelles normes environnementales ;
  • des coûts de l’énergie qui ne cessent d’augmenter…

Toutes les conditions sont réunies pour se lancer

Dès 2018, une enquête BPI France – Le Lab sonnait comme un coup de semonce en prédisant que plus d’une entreprise sur cinq était amenée à disparaître si elle n’engageait pas sa transformation digitale d’ici trois ans (soit d’ici 2021). Or, à l’époque, 72% des entreprises n’étaient qu’en phase de réflexion ou en phase pilote de leur processus de digitalisation(1). La crise sanitaire a fait prendre conscience aux industriels français de l’urgence à agir et aujourd’hui toutes les conditions sont réunies pour concrétiser ce passage à la prochaine génération industrielle.

Comment s’y prendre ? Par quoi commencer ?

Les industriels ont avant tout besoin de conseils et de diagnostics afin d’établir un plan d’action qui leur permettra de gagner en productivité, d’améliorer leur efficacité opérationnelle, de réduire leurs consommations énergétiques et leur empreinte carbone.

Après avoir identifié les différents usages, machines, process sur lesquels des solutions digitales peuvent améliorer la productivité opérationnelle et l’efficacité énergétique, puis mesuré les gains et évalué le retour sur investissement, des solutions adaptées seront implémentées.

Quelques exemples parmi les leviers de compétitivité les plus fréquemment activés par les entreprises engagées dans la digitalisation, notamment par l’usine Schneider Electric du Vaudreuil (Normandie) :

  • l’opérateur augmenté, pour permettre à celui-ci d’avoir une perception fine de son environnement et de prendre les décisions adaptées ;
  • la smart maintenance pour des machines toujours disponibles ;
  • le management de la performance, pour exploiter au mieux l’outil industriel, assurer le meilleur rendement et la satisfaction client ;
  • la smart supply chain pour que les machines soient toujours approvisionnées et de la façon la plus efficace ;
  • l’efficacité énergétique et la décarbonation, indissociables de la compétitivité de l’usine et de son intégration dans un environnement durable.

Pour la plupart, les outils et les logiciels de la prochaine génération industrielle existent déjà et sont souvent opérationnels. C’est le cas pour la maintenance par exemple, qui connaît une transformation spectaculaire.

  • En maintenance corrective, la réalité augmentée apporte de nouveaux services, facilitant des diagnostics rapides. Le technicien entre virtuellement dans l’équipement en panne avec sa tablette, qui le renseigne sur la nature et le lieu du dysfonctionnement, le tout sans aucun contact avec l’équipement.
  • L’historique de l’équipement, partagé dans le cloud, favorise la maintenance collaborative et permet des interventions plus rapides et mieux ciblées.
  • Capteurs et algorithmes renforcent la maintenance prédictive, permettant aux équipes d’anticiper la survenue des pannes.

Des investissements maîtrisés, et subventionnés par le plan France Relance

Parallèlement aux actions à mener se pose évidemment la question du financement de cette transformation digitale, en particulier pour les entreprises déjà éprouvées par la crise. Sachez que les solutions proposées par Schneider Electric présentent un ROI généralement inférieur à deux ans et que les entreprises ayant franchi le pas enregistrent 45 % d’optimisation de leurs process, 30 % de gain de productivité et 30 % de réduction de la maintenance(2).

De plus, le plan France Relance, lancé en fin d’année 2020, représente une réelle opportunité avec des subventions importantes pour financer trois principaux axes d’amélioration :

  • la modernisation et la transition vers l’industrie du futur : solutions robotiques et cobotiques, réalité augmentée, réseaux de capteurs, logiciels, etc.
  • l’efficacité énergétique : mise en place de séchoir, évaporateur, réacteur, énergétiquement plus performants, récupération et valorisation de la chaleur, équipements permettant la production d’énergie mécanique et électrique à partir de chaleur fatale, etc.
  • la décarbonation : électrification ou transformation de process industriels au profit d’équipements, de matières, d’usages moins émetteurs de gaz à effet de serre, etc.

Eligibles à plusieurs types d’aides – parfois cumulables –, certains projets peuvent être subventionnés jusqu’à 100 %. Une opportunité à saisir pour les PME et PMI concernées au premier chef par les aides du plan France Relance(3).

Une ambition et une stratégie de transformation de l’entreprise

La prochaine génération industrielle ne se limite pas au déploiement d’innovations technologiques : c’est une ambition et une stratégie de transformation qui révolutionne les modes de production. La continuité numérique tout au long du cycle industriel favorise en effet l’évolution des modèles d’organisation du travail, le rapprochement des métiers et des acteurs, le déploiement d’une organisation plus responsabilisante, interdisciplinaire et collaborative, l’apparition de nouveaux métiers. Dans l’usine du futur, le partage des données, au sein d’un même système d’information, par les collaborateurs, les partenaires et les clients, permet d’être mieux organisé pour être à l’écoute des nouveaux besoins et des nouveaux usages des clients. Pour être plus agile, plus innovant, plus performant.

Notre ambition, chez Schneider Electric, est d’être le partenaire de référence de tous ceux qui s’engagent dans cette transformation. Cela passe notamment par le partage de nouvelles solutions et l’échange de bonnes pratiques avec tous les acteurs de l’industrie. Pour faciliter cette collaboration, nous avons ouvert une plateforme, Exchange, où la communauté, start-up comprises, met en commun des innovations utiles à tout l’écosystème industriel, pour mieux connecter, optimiser, sécuriser, innover, rentabiliser… et maîtriser le futur.

>  Téléchargez notre guide de solutions

> Contactez un expert

  • (1) Source : accenture.com – 2018
  • (2) Source : digitall-conseil.fr – 2019
  • (3) Retrouvez toutes les informations sur le plan France Relance, les solutions éligibles, les financements en cliquant ici.

No Responses

Leave a Reply

  • (will not be published)