Gestion de l'énergie

Pour une énergie verte, il est temps de laisser les gaz fluorés derrière nous – et rapidement

La commission européenne élabore une proposition de réglementation sur les gaz fluorés. Nos réseaux électriques seraient ainsi plus écologiques et notre électricité plus verte grâce à la réduction de l’utilisation de gaz à effet de serre fluorés comme le SF6.

 

La Commission européenne a annoncé sa nouvelle proposition de politique sur les gaz à effet de serre fluorés comme le SF6 . Que dit-elle ?

 

Un nouveau paquet de Bruxelles comprend une proposition visant à faire en sorte que le secteur de l’électricité n’utilise plus de gaz à effet de serre fluorés comme l’hexafluorure de soufre (SF6 ). Ce dernier paquet reconnaît que si nous voulons que notre électricité devienne vraiment verte, l’élimination des gaz fluorés est une étape fondamentale qui doit être franchie rapidement, notamment pour créer des réseaux électriques écologiques.

 

Quel est le problème des gaz fluorés, et du SF6 en particulier ? 

 

Les gaz fluorés sont des gaz à effet de serre (GES) d’origine humaine dont l’empreinte carbone est importante, ce qui contribue au réchauffement de la planète. Ils sont utilisés dans un large éventail d’applications industrielles, notamment dans les équipements de réfrigération et de climatisation, les applications médicales et les équipements électriques.

SF6 est le gaz fluoré le plus puissant, en fait le GES le plus puissant de tous, et son potentiel de réchauffement planétaire (PRP) est 23 500 fois supérieur à celui du CO2 . Il est utilisé depuis des décennies dans les appareillages de commutation moyenne tension (HTA), des équipements électriques extrêmement courants qui ont également une longue durée de vie, jusqu’à 30 ans. Le SF6 est le gaz de prédilection pour les appareillages de commutation car il est non toxique, stable et constitue une solution fiable, performante et économique pour l’isolation électrique et l’interruption du courant.

Mais son impact environnemental majeur ne peut plus être ignoré, notamment dans le cadre de réseaux électriques écologiques, et c’est ce que l’UE est en train de reconnaître.

 

Mais les gaz fluorés comme le SF6 ne sont-ils pas déjà réglementés en Europe ?

 

Oui, dans une certaine mesure, mais pas pour toutes les applications. Certaines réglementations existantes en Europe et dans d’autres parties du monde traitent déjà de la surveillance, de la déclaration et de la récupération des gaz fluorés. L’UE a adopté deux actes législatifs pour réduire les gaz fluorés : le règlement sur les gaz fluorés, qui est une réduction progressive des hydrofluorocarbures (HFC) à l’échelle de l’UE visant à réduire les émissions de gaz fluorés et à atténuer le réchauffement climatique, et la directive MAC spécifique aux voitures particulières.

Le SF6 , en particulier, a déjà été interdit dans l’UE en vertu du règlement sur les gaz fluorés, sauf dans les industries pour lesquelles il existait peu d’alternatives appropriées, notamment l’industrie électrique.

 

Qu’est-ce qui a changé et qui permet d’aller au-delà du SF6 dans les équipements électriques ?

 

Parce que maintenant, c’est possible. Il n’y a plus d’obstacle technologique à l’élimination du SF6 dans les installations électriques HTA. Il n’est pas non plus nécessaire d’utiliser d’autres gaz fluorés pour remplacer le SF6 , car ils pourraient présenter des risques inconnus ou être soumis à d’autres législations par la suite.

Je suis fier que chez Schneider Electric, nous soyons allés au-delà des gaz fluorés. Nous avons innové au-delà de SF6 avec une technologie de remplacement qui est déjà disponible et éprouvée. Plutôt que d’utiliser SF6 ou un autre gaz fluoré, nous utilisons de l’air pur et la technologie du vide pour l’isolation et la coupure. Les appareillages de commutation HTA sans SF 6 constituent un choix supérieur non seulement pour l’environnement, mais aussi pour la sécurité opérationnelle, qui est toujours notre première priorité et pour laquelle nous ne sommes jamais prêts à faire de compromis. Ensuite, nous constatons également de grandes améliorations en termes de facilité de maintenance, de traitement en fin de vie, de fonctionnalité et de performance, sans oublier la conformité aux politiques futures.

Notre entreprise a passé une décennie à tester et à perfectionner ce nouvel équipement sans SF6 avant de le proposer à ses clients, tels que E.ON, EEC Engie et Green Alp, il y a plus de deux ans.

 

Comment la politique de l’UE affectera-t-elle ceux qui utilisent des appareillages de commutation HTA ?

 

À mon avis, la proposition de politique de l’UE apportera de grands avantages aux parties prenantes avec un minimum d’inconvénients. En effet, les appareillages de commutation HTA sans SF6 comme les nôtres, qui utilisent de l’air pur à la place du SF6, présentent les mêmes caractéristiques positives que les appareillages de commutation traditionnels, comme des performances élevées et une empreinte physique compacte. Il est également important pour les utilisateurs que le coût total de possession soit réduit grâce à une durée de vie beaucoup plus longue de l’équipement.

Jetons un coup d’œil à certains secteurs spécifiques qui seront touchés :

  • Bâtiments : Les bâtiments – tant commerciaux qu’industriels – sont soumis à des normes strictes en matière de durabilité. L’utilisation d’appareillages de commutation exempts de SF6 permet d’atteindre ces objectifs et de travailler à l’obtention de récompenses telles que la certification LEED. De plus, les bâtiments passent déjà du BT au HTA pour prendre en charge la recharge rapide des véhicules électriques, ils pourraient donc passer sans SF6 dès le départ.
  • eMobilité : En choisissant un véhicule électrique, les conducteurs font déjà un choix de transport écologique. L’appareillage de commutation HTA sans SF6 contribue à une expérience de recharge des VE encore plus respectueuse de l’environnement à la borne de recharge. L’utilisation d’appareillages verts permet également aux stations de recharge de VE de répondre aux exigences potentielles des normes de durabilité.
  • Réseaux : Nous décarbonisons l’ensemble de la chaîne de valeur de l’électricité, et pas seulement la production, en passant à un réseau qui est également décarbonisé. Lorsque vous intégrez des RED, il est logique d’utiliser également des dispositifs de commutation écologiques, en particulier avec la technologie spécialement conçue pour les réseaux de l’avenir, qui contiennent beaucoup plus d’énergies renouvelables et des opérations de commutation plus fréquentes.
  • Les data centers : Les data centers sont l’un des types de bâtiments les plus énergivores. Les nouvelles innovations technologiques, telles que les appareillages de commutation sans SF6 , peuvent aider les data centers à réduire leur empreinte GES.

 

 

Vous souhaitez en savoir plus sur nos réseaux électriques écologiques ?

Rendez-vous ici !

Traduit depuis l’article : For Green Energy, it’s Time to Leave F-Gases Behind Us – and Fast


Pas de réponses

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)