Le blog de Schneider Electric France https://blog.se.com/fr Le spécialiste mondial de la gestion de l’énergie et des automatismes Mon, 17 Jan 2022 08:31:59 +0000 fr-FR hourly 1 Quand la silver technologie progresse avec le CENTICH https://blog.se.com/fr/batiments/sante/2022/01/17/quand-la-silver-technologie-progresse-avec-le-centich/ https://blog.se.com/fr/batiments/sante/2022/01/17/quand-la-silver-technologie-progresse-avec-le-centich/#respond Mon, 17 Jan 2022 08:31:59 +0000 https://blog.se.com/fr/?p=6417 En 2030, un tiers des Français aura plus de 60 ans. Une préoccupation que les ministères de l’Economie et des Finances et des Affaires sociales ont pris en compte au... Lire la suite »

L’article Quand la silver technologie progresse avec le CENTICH est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>
En 2030, un tiers des Français aura plus de 60 ans. Une préoccupation que les ministères de l’Economie et des Finances et des Affaires sociales ont pris en compte au début des années 2010 en soulignant que « les nouveaux besoins […] technologiques et industriels liés à l’avancée en âge ouvrent un champ vaste pour l’économie et l’industrie dans nos pays. » C’est aussi à cette époque que le CENTICH a été créé, afin d’accélérer le développement et l’usage des technologies pour l’autonomie et la santé.

Pour Jawad Hajjam, le Directeur du développement du CENTICH (Centre d’Expertise National des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’autonomie) depuis sa création en 2011, l’innovation se construit main dans la main entre les professionnels de santé, ceux de la technologie et les patients.

Un nouveau modèle de co-construction

« Jawad a inventé au CENTICH un nouveau mode de fonctionnement pour concevoir des technologies réellement adaptées aux besoins des personnes en perte d’autonomie, affirme Fabrice Broutin, Directeur Santé chez Schneider Electric. C’est lui qui nous a sollicités en 2014 pour travailler ensemble sur le concept du premier EHPAD connecté à Angers, dans le cadre d’une collaboration pluridisciplinaire. » L’objectif au départ était d’équiper une seule chambre. Aujourd’hui, 90 chambres connectées accueillent au quotidien des personnes âgées.

Tester la vie réelle en EHPAD

En quelques mots, le CENTICH est un centre d’expertise du groupe mutualiste VyV mis en place avec le soutien de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie CNSA et géré par la Mutualité Française Anjou Mayenne, pour évaluer, recenser, intégrer, développer et promouvoir des dispositifs techniques et solutions numériques pour la santé et l’autonomie des personnes âges. « Nous avons voulu faire du CENTICH un laboratoire vivant, avec de vrais utilisateurs, rapporte Jawad Hajjam. Chacun des projets est coconstruit et passe par un POC, un ″Proof Of Concept″, destiné à valider l’efficacité de notre point de vue technique. Nous avons commencé avec des solutions commerciales de Schneider Electric, comme KNX, les premières versions d’EcoStruxure™ pour la santé, en poussant les limites de la personnalisation aux besoins de nos résidents, avec des solutions interopérables, pour de plus en plus bienveillance. »

Des projets concrets à Saumur, Angers et Cognac

La particularité du modèle du CENTICH vient du fait que chacun inscrit sa participation aux projets en tant que partenaire et pas dans une relation de client à prestataire. « C’est ainsi que l’on progresse, souligne Fabrice Broutin. La première réalisation menée ensemble avec le CENTICH a été celle d’un logement adapté au sein de la résidence Clair Soleil à Saumur en 2014. Nous avons ensuite équipé l’EHPAD Les Noisetiers à Angers avec la plateforme EcoStruxure™ pour la santé. Concrètement, la technologie utilisée permet de recréer le cycle de lumière extérieur (de lumière froide le matin à chaude le soir), pour permettre aux personnes âgées de reprogrammer leur horloge biologique selon le cycle circadien et retrouver leurs repères.

En 2021, nous avons conduit un projet à Cognac, pour un retour à domicile sécurisé et bienveillant dans une résidence autonomie en sortie d’hospitalisation. »

Un virage domiciliaire à amorcer

Les solutions installées dans le cadre des projets à Saumur et Angers restent encore très innovantes par rapport à ce qui existe dans les EHPADs aujourd’hui. « Désormais, les retours d’expériences sont nombreux et des nouveaux métiers ont été inventés, permettant d’envisager une nouvelle étape : celle du maintien à domicile en toute sérénité, prévoit Jawad Hajjam. Nous travaillons avec cette ambition avec des bailleurs sociaux et, une nouvelle fois, avec Schneider Electric, pour construire une solution de supervision collective dédiée au bien-vivre de nos aînés. Nous voulons permettre aux personnes âgées de rester chez elles, tout en bénéficiant de la sécurité et des services (ménage, soins, confort, coiffeur…) d’une résidence senior et de nos avancées au fil de nos projets communs. Nous appliquons les mêmes recettes que dans les EHPADs avec une envie et une volonté renouvelée, et des technologies de plus en plus performantes. »

Affaire à suivre…

Pour aller plus loin :

– Et en savoir plus sur les solutions EcoStruxure pour la santé de Schneider Electric, rendez-vous ici

– Découvrez l’hôpital connecté : visitez l’hôpital de demain, plus sûrs et plus humain !

– Si vous avez déjà un projet et/ ou que vous voulez obtenir des informations, contactez un expert

L’article Quand la silver technologie progresse avec le CENTICH est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>
https://blog.se.com/fr/batiments/sante/2022/01/17/quand-la-silver-technologie-progresse-avec-le-centich/feed/ 0
Transformation digitale de l’industrie : toutes les conditions sont réunies https://blog.se.com/fr/industrie/2022/01/14/transformation-digitale-de-lindustrie-toutes-les-conditions-sont-reunies/ https://blog.se.com/fr/industrie/2022/01/14/transformation-digitale-de-lindustrie-toutes-les-conditions-sont-reunies/#respond Fri, 14 Jan 2022 17:05:27 +0000 https://blog.se.com/fr/?p=6430 Pour les industriels français de toute taille, les conditions sont réunies pour accélérer leur transformation digitale. Etat des lieux entre prise de conscience collective de l’urgence à agir, accélération avec... Lire la suite »

L’article Transformation digitale de l’industrie : toutes les conditions sont réunies est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>
Pour les industriels français de toute taille, les conditions sont réunies pour accélérer leur transformation digitale. Etat des lieux entre prise de conscience collective de l’urgence à agir, accélération avec la crise du Covid 19 et soutien financier du plan France Relance.

L’éclairage de Marc Fromager, VP de l’activité industrial automation chez Schneider Electric France.

La crise du Covid-19 a-t-elle provoqué l’accélération de la transformation numérique des industriels ?

Marc Fromager. L’ensemble du tissu industriel français a pris conscience que la digitalisation était un enjeu majeur. À ce titre, la crise a bien évidemment joué le rôle de catalyseur : le digital a permis de s’adapter aux conditions exceptionnelles afin de maintenir un certain niveau d’activité. Plus largement, tous les indicateurs renforcent l’idée de la nécessaire transformation digitale : d’ici cinq ans, 30 % des revenus des entreprises proviendront du digital. Une entreprise sur cinq pourrait ainsi être amenée à disparaître si elle ne se transforme pas dans les trois ans. (1)

À mon sens, les industriels, soumis à une concurrence mondiale très forte, n’ont pas d’autre choix que de se digitaliser pour pouvoir innover en permanence, assurer un niveau de productivité permettant de s’aligner sur les standards internationaux, pour gagner en flexibilité, en résilience et maintenir leur compétitivité. La prise de conscience est là, mais 72 % des entreprises ne se sont pas encore lancées (2), même si beaucoup ont entamé leur réflexion à ce sujet. Il est crucial que les projets se concrétisent rapidement.

Voir notre infographie 

Le plan France Relance offre-t-il aux industriels le soutien financier dont ils ont besoin pour investir ?

Tout d’abord, les investissements, tels que Schneider Electric les conçoit, sont raisonnables et, surtout, assurent un ROI inférieur à deux ans. En moyenne, la transformation digitale, c’est 45 % de gain d’optimisation des process, 30 % de gain de productivité, 30 % de réduction de la maintenance (3). Ensuite, le Plan de Relance représente une réelle opportunité avec des subventions importantes qui concernent essentiellement la robotique, la cobotique (collaboration homme-robot), la réalité augmentée, les réseaux de capteurs et, bien sûr, l’efficacité énergétique et la décarbonation. Sur ce dernier aspect, certains projets peuvent être subventionnés à 100 % en cumulant les aides.

À noter : la majorité des enveloppes budgétaires du plan France Relance s’adressent aux PME et aux PMI. Il faut qu’elles en profitent !

Consultez notre guide des solutions 

De quel accompagnement les entreprises ont-elles besoin ?

Elles ont avant tout besoin de conseil et de diagnostic. Elles souhaitent savoir où et comment intégrer le numérique dans leur organisation afin de gagner en productivité, d’améliorer leur efficacité opérationnelle et de réduire leur empreinte environnementale. L’évolution des compétences est également fondamentale : le digital impose de nouvelles approches, de nouveaux profils, de nouveaux modèles de collaboration. Ces besoins sont identiques qu’il s’agisse d’une PMI ou d’un grand groupe, d’une industrie 100 % automatisée ou fonctionnant sur des lignes de production manuelles.

Il faut bien comprendre que l’industrie 4.0, ce n’est pas seulement l’automatisation des procédés, c’est surtout le numérique au service de la productivité grâce à la captation et à l’exploitation des données.

La transformation numérique concerne-t-elle les entreprises de toute taille ?

Oui, de toute taille et de tout secteur. En ce qui concerne l’industrie, nous accompagnons chaque entreprise du début à la fin, en commençant par la définition de la feuille de route puis en déterminant les différents cas d’usage sur lesquels des solutions digitales améliorent la productivité opérationnelle et l’efficacité énergétique.

Après avoir mesuré les gains et donc le ROI, nous implémentons des solutions adaptées comme la maintenance prédictive, la traçabilité, la configuration des process en fonction des besoins de production, les dispositifs de récupération de chaleur et de réduction des consommations énergétiques… Toutes ces solutions sont bien entendu « cybersécurisées ».

Comment Schneider Electric favorise-t-il l’innovation chez ses clients ?

Nous sommes dans l’innovation permanente pour améliorer les systèmes. Cela passe notamment par le partage de nouvelles solutions, souvent de niche, et l’échange de bonnes pratiques avec nos partenaires intégrateurs et installateurs. Pour faciliter cette collaboration, nous avons ouvert une plateforme, Exchange, où la communauté, start up comprises, met en commun des innovations utiles à l’écosystème. Cette approche ouverte est source d’efficacité et nous permet de continuer d’innover au service de toute l’industrie.

Une question ? Un projet ? Contactez nos experts

 

(1) Industrie 4.0 – Global Digital Operations Survey 2018 – PWC et BPIfrance – Le Lab – 2018

(2) accenture.com – 2018

(3) digitall-conseil.fr – 2019

 

L’article Transformation digitale de l’industrie : toutes les conditions sont réunies est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>
https://blog.se.com/fr/industrie/2022/01/14/transformation-digitale-de-lindustrie-toutes-les-conditions-sont-reunies/feed/ 0
S’ouvrir au connecté : rencontre avec Marc Letellier, installateur Wiser https://blog.se.com/fr/residentiel/2022/01/14/souvrir-au-connecte-rencontre-avec-marc-letellier-installateur-wiser/ https://blog.se.com/fr/residentiel/2022/01/14/souvrir-au-connecte-rencontre-avec-marc-letellier-installateur-wiser/#respond Fri, 14 Jan 2022 16:34:50 +0000 https://blog.se.com/fr/?p=6423 La parole est donnée à Marc Letellier, l’homme de terrain aux trois casquettes. Électricien expérimenté, Marc est depuis 2013 son propre patron avec sa société Prodomotique basée à Montrouge (92).... Lire la suite »

L’article S’ouvrir au connecté : rencontre avec Marc Letellier, installateur Wiser est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>
La parole est donnée à Marc Letellier, l’homme de terrain aux trois casquettes. Électricien expérimenté, Marc est depuis 2013 son propre patron avec sa société Prodomotique basée à Montrouge (92). C’est aussi l’un des premiers électriciens à avoir suivi la formation Wiser. Les solutions connectées, Marc Letellier les connait bien. Alors, qui de mieux qu’un de nos ambassadeurs Wiser pour vous parler de la certification et de ses belles opportunités ?

Qu’est-ce qui a motivé votre décision de devenir installateur Wiser ?

La curiosité, tout simplement. J’ai toujours eu une appétence pour la domotique. Quand le sans-fil s’est démocratisé, j’ai sauté sur l’occasion de m’ouvrir au connecté. La domotique sans-fil, c’est une installation évolutive qui permet d’équiper un logement facilement et rapidement selon ses besoins et les nouveautés sur le marché.

Dans ce même laps de temps, il s’avère que Schneider Electric m’informait de l’arrivée de nouveaux produits. J’ai découvert Wiser et je me suis dit que c’était le moment de saisir la balle au bond ! Ça m’a permis d’agrandir mon panel d’outils et de faire partie des électriciens précurseurs en matière d’installations connectées.

Que recherchent spécifiquement vos clients lorsqu’ils font appel à vous pour équiper leur logement ?

Aujourd’hui, nous avons affaire à plusieurs typologies de clients, aux besoins très différents. Dans ce contexte-là, il faut satisfaire aussi bien celui/celle qui va vouloir contrôler ses appareils électroménagers à distance via une prise connectée, que celui/celle qui souhaite paramétrer son chauffage en fonction de ses horaires de travail.

Avec Wiser, on est formé sur l’installation et le paramétrage de trois solutions connectées : le chauffage, l’éclairage et les volants roulants. Concrètement, une fois installées, les solutions Wiser permettent de piloter et de gérer sa maison pièce par pièce, en fonction de son rythme de vie, et à distance. Ce qui séduit mes clients, c’est ce pilotage à portée de main. Je dois dire que c’est plutôt agréable d’habiter une maison qui s’adapte à ses besoins.

Depuis ma formation Wiser, Schneider Electric a bien étoffé son offre. L’émergence de nouvelles habitudes de vie a favorisé le développement de technologies intelligentes. Et la marque a toujours été au rendez-vous !

Pourquoi Wiser est LA solution pour le logement connecté ? 

Les solutions Wiser marquent des points auprès des électriciens grâce à leur facilité d’installation et leur paramétrage intuitif. L’application eSetup est exclusivement réservée à la mise en œuvre de Wiser. On a juste à suivre les instructions pour configurer les appareils et en quelques clics, le tour est joué.

Côté particulier, l’application Wiser Home facilite grandement la gestion des énergies. Sans rentrer dans les détails, quel que soit le logement (neuf, ancien, collectif), le pilotage, le réglage ou la mise en route d’un chauffage connecté Wiser peut se faire à distance ou être programmé à l’avance. On évite ainsi l’inconfort et les factures élevées en hiver.

Pour proposer les solutions Wiser à vos clients

Est-ce que le fait d’être installateur Wiser vous aide à booster votre business au quotidien ?

Schneider Electric m’apporte des clients par l’intermédiaire de leur site internet. Il faut savoir que lorsqu’on devient installateur Wiser, on est référencé dans l’annuaire des électriciens. Avec cette visibilité, quand un client souhaite découvrir les solutions Wiser, voire les installer, il a accès à une base de données des électriciens certifiés dans sa région.

Alors oui, on peut dire que Schneider Electric est un apporteur d’affaires. Collaborer avec eux m’a permis de développer mon business, un développement qui induit évidemment une augmentation de mon chiffre d’affaires.

En sortie de COVID-19, les chantiers ne sont pas au rendez-vous pour tous les électriciens. Beaucoup de projets se sont arrêtés du jour au lendemain. En ce sens, être installateur Wiser offre une assurance de chantiers et donc une certaine sécurité.

Pour devenir installateur Wiser vous aussi, inscrivez-vous ici

Selon vous, quelles sont les 5 bonnes raisons de s’inscrire ?

C’est facile et rapide ! La formation Wiser a été pensée de manière ultra intuitive. Tout se passe en ligne. Très rapidement, on est autonome sur l’installation et le paramétrage des solutions.

Dès que l’on devient officiellement installateur Wiser, on devient par la même occasion un bêtatesteur. Régulièrement, je reçois des produits qui ne sont pas encore sur le marché en avant-première. Schneider Electric me sollicite pour tester leur installation et leur mise en service. C’est ultra valorisant de savoir que mon avis est pris en compte. Schneider Electric a bien compris que les électriciens sont les mieux placés pour jouer le rôle de prescripteur auprès du grand public.

L’accès à un espace dédié dans mySchneider est aussi un gros point fort. J’ai à ma disposition des tutos d’installation, des fiches d’aide à la vente, des outils pour faire ma promotion… Grâce à tous ces contenus, je m’auto-forme sur les dernières innovations. Nul besoin d’effectuer des remises à niveau tous les ans.

Les newsletters spécialisées que l’on reçoit, notamment la newsletter « 100% connecté », viennent également alimenter la e-formation et nous permet de rester en alerte sur les nouveautés Wiser. L’information vient à nous : une valeur ajoutée non-négligeable dans notre quotidien bien chargé.

Enfin, je le redis, le référencement dans l’annuaire des électriciens est un vrai coup de pouce !

Un mot pour la fin ?

À l’heure actuelle, on assiste à une véritable révolution de la connectivité. Il n’est pas trop tard pour en faire partie. Visibilité, apport de nouveaux chantiers, reconnaissance… : finalement, on a tout à gagner en devenant installateur Wiser ! Si comme moi vous voulez valoriser votre savoir-faire sur un marché de plus en plus plébiscité, je ne peux que vous encourager !

 

Vous êtes intéressés par la connectivité et souhaitez recevoir une newsletter trimestrielle riche sur le sujet ?

Devenez Installateur Wiser : en tant que spécialiste de la maison connectée, vous aurez de nombreux avantages exclusifs dont celui-ci !

Pour vous inscrire c’est par ici.

L’article S’ouvrir au connecté : rencontre avec Marc Letellier, installateur Wiser est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>
https://blog.se.com/fr/residentiel/2022/01/14/souvrir-au-connecte-rencontre-avec-marc-letellier-installateur-wiser/feed/ 0
Concours DomoSanté 2021 : 20/20 pour le majordome connecté de l’Ecole Schneider Electric https://blog.se.com/fr/batiments/sante/2022/01/10/concours-domosante-2021-20-20-pour-le-majordome-connecte-de-lecole-schneider-electric/ https://blog.se.com/fr/batiments/sante/2022/01/10/concours-domosante-2021-20-20-pour-le-majordome-connecte-de-lecole-schneider-electric/#respond Mon, 10 Jan 2022 14:55:45 +0000 https://blog.se.com/fr/?p=6362 L’Ecole Schneider Electric sur la première marche du podium du concours national DomSanté 2021, grâce à l’innovation conçue par trois élèves en BTS fluides énergie domotique, option domotique et bâtiments... Lire la suite »

L’article Concours DomoSanté 2021 : 20/20 pour le majordome connecté de l’Ecole Schneider Electric est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>
L’Ecole Schneider Electric sur la première marche du podium du concours national DomSanté 2021, grâce à l’innovation conçue par trois élèves en BTS fluides énergie domotique, option domotique et bâtiments communicants. Rencontre avec Elouan Ferman, Corentin Gillet-Pascal et Théo Listo, qui nous présentent leur majordome connecté bienveillant.

Quand l’Ecole Schneider Electric a proposé de participer au concours DomoSanté, dont l’objet est d’élaborer des innovations pour faciliter et sécuriser le quotidien de personnes âgées dans leur logement, Elouan Ferman, Corentin Gillet-Pascal et Théo Listo n’ont pas hésité. « Non seulement l’école intègre cet exercice dans son cursus de BTS, indique Théo, mais en plus nous avons tous les trois dans notre entourage proche des personnes âgées, qui ont perdu en autonomie mais qui souhaitent rester à domicile. Nous nous sommes donc investis à fond dans le projet dès notre première année de BTS et cela nous a passionné ! »

A l’écoute attentive des besoins des personnes âgées

Les trois étudiants ont ainsi pris le projet très au sérieux et, comme ils avaient à cœur à ce que leur innovation réponde réellement aux besoins des séniors dans leur logement, ils ont contacté leurs proches âgés pour connaître précisément leurs problématiques et imaginer comment ils pouvaient les résoudre. « Le cas de Claudine Merclet nous a particulièrement touché et c’est sa situation que nous avons choisi de prendre en exemple, confie Elouan. Agée de 92 ans, elle est veuve, maman de deux fils et grand-mère de trois petits-enfants. »

Un robot majordome au service des personnes en perte d’autonomie

Pour elle, dans le cadre du concours DomoSanté, Elouan, Corentin et Théo ont entrepris de créer un robot majordome – qu’ils ont baptisé RobotHOP (Robot Help Old Persons) -, en utilisant leurs connaissances en domotique acquises à l’école Schneider Electric et en s’appliquant à répondre aux difficultés de Claudine Merclet. « A plus de 90 ans, elle reste en bonne forme, même si elle souffre de douleurs articulaires et de diabète, qui la handicapent au quotidien, décrit Corentin. Encore assez autonome, elle connait quelques pertes de mémoire, qui nécessitent l’assistance d’une infirmière à domicile pour remplir son pilulier, prendre ses constantes et contrôler si elle suit bien son traitement. Sa famille est aussi très présente, pour lui tenir compagnie et l’aider pour les tâches ménagères. »

Tous les atouts de la domotique

Sur la base de ces informations et en veillant de ne pas dépasser un budget de 30 000 euros (l’équivalent des frais d’une année en EHPAD), les étudiants ont donc conçu un majordome digital, qu’ils ont voulu bienveillant, et construit un prototype. Et le moins que l’on puisse affirmer, c’est qu’ils ont pensé à tout pour aider les personnes âgées ! « RobotHOP se déplace seul et détecte les obstacles, indique Théo. Doté d’un assistant vocal, il communique avec la personne âgée, qui peut demander d’allumer l’éclairage, fermer les rideaux, augmenter le chauffage, déclencher un chemin lumineux la nuit… Nous avons tiré parti des fonctionnalités de la domotique et cela marche à merveille ! »

Sécurité et santé pour les séniors

RobotHOP veille à la sécurité et à la santé du sénior, sans être intrusif. Il intègre de la visiophonie avec reconnaissance faciale à l’entrée de l’appartement et peut même défendre la personne âgée, en se plaçant entre elle et l’agresseur et en alertant un télésurveilleur, en cas d’intrusion. Côté santé, RobotHOP comporte un pilulier, relié à un agenda connecté. « Il suffit de le remplir une fois régulièrement à travers une trappe amovible, note Elouan, puis le pilulier se gère automatiquement pour distribuer au quotidien les médicaments, sans risque d’oubli. » Le majordome va aussi vérifier si la personne âgée s’hydrate bien, lui rappeler de boire en période de canicule ou encore de transmettre des messages d’urgence.

La détection des chutes et l’aide au diagnostic

Et surtout, RobotHOP est capable de détecter une chute de la personne âgée, d’alerter un télésurveilleur spécialisé et la famille, mais aussi d’aider au diagnostic. « Nous utilisons un détecteur dernière génération, le capteur de la société Cocoon Care, également exploité au sein de la solution Senior Care de Schneider Electric, rapporte Corentin. Nous en avons disposé un par pièce. Quand la personne âgée chute, RobotHOP se rend auprès d’elle. Pour programmer ces déplacements, nous avons réalisé une maquette 3D de son appartement et équipé les portes de serrures connectées, pour qu’elles s’ouvrent automatiquement à son passage. Arrivé à côté de la personne à terre, le robot va faire descendre la tablette numérique face à elle. Le télésurveilleur va alors voir via une webcam si la personne est consciente ou non, il va communiquer avec elle, la rassurer, et faire un premier diagnostic pour envoyer les secours adaptés. »

Oui, mais si le robot est à court de charge électrique, direz-vous ? « Pas de risque, poursuit Théo. D’abord parce que le robot se range automatiquement sur sa borne de recharge quand il n’est pas en activité, qu’il garde toujours au moins 20 minutes d’autonomie pour parer à toute éventualité. Mais si sa batterie est faible alors qu’une chute survient, il alerte le télésurveilleur qui envoie immédiatement un soignant auprès de la personne en difficulté. » Et ce n’est pas tout, parce les étudiants ont également pensé au bien-être social de la personne âgée, puisqu’ils ont prévu la possibilité pour elle d’envoyer des messages à ses proches, de recevoir des photos et même de disposer de jeux qui la distraient et entretiennent sa mémoire !

L’innovation à l’école Schneider Electric

RobotHOP méritait bien de remporter le 1er Prix du concours DomoSanté 2021, face à un Jury composé de professionnels de santé, d’enseignants et de membres d’associations d’aide au maintien à domicile, qui ont récompensé l’esprit innovant des étudiants. Ils ont gagné parce que leur robot est très complet, pour répondre à tous les besoins de sécurité, santé, stimulation ludique et lien social. Le challenge n’était pas simple, d’autant plus que les trois jeunes sont en apprentissage dans des régions différentes : Elouan à Nice chez Riviera Automation, Théo à Valence chez Ardèche Drôme Sécurité et Corentin à Montpellier chez RegulEnergie. « Cela aurait été bien plus difficile si nous n’avions pas intégré l’école Schneider Electric, concluent-ils. D’abord parce que nous avons bénéficié de la bienveillance de tous les instants de nos enseignants Damien Bizart et Séverine Jaquillard. Ensuite parce que nous profitons de la proximité avec le groupe Schneider Electric. Nous avons ainsi accès à de très nombreuses innovations – certaines avant même d’avoir été lancées commercialement – et à la connaissance du marché de la santé ! »

L’histoire de RobotHOP ne s’achève pas avec le concours. Ce n’est qu’une étape. Elle commence juste, car Elouan, Corentin et Théo vont poursuivre l’aventure en cherchant à développer industriellement leur robot majordome de demain, au service des personnes âgées !

Pour aller plus loin :

– Et en savoir plus sur les solutions EcoStruxure pour la santé de Schneider Electric, rendez-vous ici

– Découvrez l’hôpital connecté : visitez l’hôpital de demain, plus sûrs et plus humain !

– Si vous avez déjà un projet et/ ou que vous voulez obtenir des informations, contactez un expert

L’article Concours DomoSanté 2021 : 20/20 pour le majordome connecté de l’Ecole Schneider Electric est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>
https://blog.se.com/fr/batiments/sante/2022/01/10/concours-domosante-2021-20-20-pour-le-majordome-connecte-de-lecole-schneider-electric/feed/ 0
7 idées de matériaux esthétiques qui améliorent le bien-être des propriétaires de logements https://blog.se.com/fr/batiments/amelioration-habitat/2022/01/10/7-idees-de-materiaux-esthetiques-qui-ameliorent-le-bien-etre-des-proprietaires-de-logements/ https://blog.se.com/fr/batiments/amelioration-habitat/2022/01/10/7-idees-de-materiaux-esthetiques-qui-ameliorent-le-bien-etre-des-proprietaires-de-logements/#respond Mon, 10 Jan 2022 14:36:19 +0000 https://blog.se.com/fr/?p=6354 En tant que designer, je ne sais que trop bien que nous avançons souvent tête baissée dans des projets en pensant surtout à l’aspect visuel, au style des espaces, au... Lire la suite »

L’article 7 idées de matériaux esthétiques qui améliorent le bien-être des propriétaires de logements est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>

En tant que designer, je ne sais que trop bien que nous avançons souvent tête baissée dans des projets en pensant surtout à l’aspect visuel, au style des espaces, au matériau employé pour le sol et à la couleur des murs plutôt qu’à l’impact que cet espace aura sur le bien-être de ceux qui l’utilisent.

L’approche centrée sur l’humain que mon équipe et moi utilisons va au-delà de la recherche esthétique et a pour objectif d’assurer que les personnes soient au cœur de tout projet plutôt que de se concentrer uniquement sur l’esthétique. Nous proposons des expériences multisensorielles à travers les espaces. L’objectif est de créer une expérience sensorielle bénéfique dans tous les espaces de la maison.

Cela signifie qu’il faut se concentrer sur l’ensemble tout en prenant en compte les petits moments au cours desquels nous entrons en contact avec les matériaux lors de notre exploration tactile. Les poignées de portes, les interrupteurs et rampes d’escaliers sont autant d’éléments qui offrent aux utilisateurs des interactions bénéfiques avec les matériaux tout au long de la journée. Il est important de veiller à ce que des éléments comme la chaleur réconfortante du bois ou la fraîcheur d’une surface métallique favorisent notre bien-être sensoriel. Souvent négligée, cette attention au détail peut faire une véritable différence au quotidien.

Certaines pièces jouent un rôle plus important dans l’expérience sensorielle que vous vivez au quotidien. Gardez à l’esprit que nous commençons et terminons notre voyage sensoriel dans la chambre à coucher ; c’est l’endroit où nous nous retirons pour nous détendre, nous sentir en sécurité et nous réveiller en pleine forme, prêt à affronter une nouvelle journée. Pensez à y introduire des textures et éclairages plus doux pour concevoir un espace calme, esthétique, et ordonné.

Dans la cuisine comme dans la salle de bain, l’hygiène est primordiale. L’expérience sensorielle se poursuit dans ces pièces à travers l’utilisation de surfaces plus dures, plus froides et plus faciles à nettoyer. Dans l’ère post-COVID, nous sommes plus que jamais conscients des points de contact présents dans nos espaces de vie ; les interrupteurs, poignées de porte et appareils électriques partagés figurent en bonne place sur la liste des objets à désinfecter.

Voici comment Schneider Electric peut aider les designers à allier esthétisme et technologie.

– Schneider Electric peut vous aider à atteindre cet objectif en vous fournissant des prises et des interrupteurs adaptés. Choisissez la pierre et le bois pour une connexion avec les matériaux naturels, le métal et le verre pour des stimuli tactiles frais et les tissus Kvadrat pour une couleur et une texture subtile. La nature customisable de ces produits confère plus de liberté à ses utilisateurs.

– La technologie de Schneider Electric aux ions d’argent qui est utilisée sur les prises et interrupteurs blancs permet de créer un environnement anti-bactériens et évite la nécessité de nettoyer régulièrement ces surfaces.

– Schneider est labellisé « Green premium ecolabel ». Cet écolabel fournit des informations transparentes sur les substances dangereuses, le contenu des matériaux, l’impact environnemental et les instructions de fin de vie de tous ses produits.

 

Si vous avez lu mon dernier article de blog ou notre eBook :« La maison du futur : le point de vue des designers » (contenu en anglais) , vous savez que le bien-être des personnes et de la planète fait partie de mes priorités. Concevoir des maisons adaptées aux exigences du futur requiert également de mener une réflexion innovante au sujet des matériaux.

Voici sept conseils pour utiliser des matériaux spécifiques favorisant à la fois le bien-être des occupants et de l’environnement au sens large.

  1. Commencez par analyser les différentes zones que vous créez chez vous en vous demandant à quoi elles serviront et en anticipant les comportements qu’auront envie d’adopter les personnes qui s’y trouveront. Auront-elles envie de sociabiliser ou de se détendre ? Se sentiront-elles stimulées ? (ex. détendu, énergisé, social).
  2. Définissez chaque zone en fonction et utilisez une palette de couleurs, motifs et textures pour créer une expérience sensorielle riche adaptée à chaque espace.
  3. Travaillez avec votre client pour identifier le niveau de stimuli sensoriels et les types de matériaux qu’il recherche et créez des espaces confortables adaptés à ses besoins. Le fait de pouvoir adapter un environnement en utilisant des fonctionnalités telles que l’éclairage modulable améliore l’expérience des personnes vivant dans cet espace.
  4. Sélectionnez des matériaux, technologies et produits accessibles et facile à entretenir pour limiter les déchets et les désagréments causés aux habitants des lieux en cas de panne. L’évolution vers un modèle de ressources plus circulaire améliorera l’expérience utilisateur tout en ralentissant la consommation linéaire.
  5. Choisissez des matériaux à faible teneur en COV pour améliorer la qualité de l’air (privilégiez les matériaux labellisés Green premium). L’inhalation de COV (composés organiques volatils) peut avoir des effets négatifs à long terme sur la santé.
  6. Concevez des contrastes de textures pour créer une réflexion entre les différents espaces et éléments, par exemple en utilisant d’un côté des pierres froides et de l’autre des surfaces en bois plus chaudes.
  7. Pour les espaces de repos, créez une harmonie entre les couleurs et les textures de vos équipements afin d’optimiser les lieux (vous pouvez utiliser l’outil « Trouvez votre style » de Schneider Electric pour visualiser les combinaisons de matériaux, de couleurs et d’interrupteurs).

Dans le monde post-covid, nous devons aller au-delà de l’esthétique et concevoir des espaces qui soutiennent et nourrissent leurs occupants. Les espaces qui sollicitent les cinq sens génèrent une expérience plus riche et plus engageante. Lorsqu’ils sont bien conçus, ces espaces bénéficient à a fois aux personnes qui les utilisent et à la planète.

Pour plus d’informations à ce sujet, consultez notre nouvel eBook :« concevoir des espaces durables pour un mode de vie sain »(contenu en anglais). Notre eBook aborde le sujet des nouvelles tendances et la manière dont celles-ci se répercutent sur l’aménagement de la maison. Il explique comment designers et architectes peuvent prendre en compte ces besoins évolutifs dans leurs missions en utilisant des technologies intelligentes pour favoriser un style de vie plus sain et plus durable.

Découvrez plus d’astuces concernant le design en matière de décoration d’intérieur et d’inspiration sur site.

L’article 7 idées de matériaux esthétiques qui améliorent le bien-être des propriétaires de logements est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>
https://blog.se.com/fr/batiments/amelioration-habitat/2022/01/10/7-idees-de-materiaux-esthetiques-qui-ameliorent-le-bien-etre-des-proprietaires-de-logements/feed/ 0
Matériaux et innovation : Interview de Frédéric Beuvry, SVP Industrial Design and Ergonomics https://blog.se.com/fr/residentiel/2022/01/10/materiaux-et-innovation-interview-de-frederic-beuvry-svp-industrial-design-and-ergonomics/ https://blog.se.com/fr/residentiel/2022/01/10/materiaux-et-innovation-interview-de-frederic-beuvry-svp-industrial-design-and-ergonomics/#respond Mon, 10 Jan 2022 14:36:13 +0000 https://blog.se.com/fr/?p=6367 Le nouveau monde exige que la durabilité et l’innovation aillent de pair pour aider les consommateurs à optimiser leur environnement. Rencontrons Frederic Beuvry (Senior Vice President – Industrial Design &... Lire la suite »

L’article Matériaux et innovation : Interview de Frédéric Beuvry, SVP Industrial Design and Ergonomics est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>
Le nouveau monde exige que la durabilité et l’innovation aillent de pair pour aider les consommateurs à optimiser leur environnement. Rencontrons Frederic Beuvry (Senior Vice President – Industrial Design & Ergonomics chez Schneider Electric) pour comprendre comment Schneider est à la pointe de l’innovation en matière de matériaux, et pourquoi cela a suscité l’enthousiasme de l’ensemble des constructeurs de maisons, des architectes, des décorateurs d’intérieur et des consommateurs.

Q&R avec Frederic Beuvry, SVP Industrial Design and Ergonomics :

Quel regard vos équipes portent-elles sur l’innovation matérielle ?

Lorsque nous examinons les couleurs et les nouveaux matériaux à notre disposition, nous cherchons à éviter tout effet de mode : les appareils que nous concevons doivent durer au minimum dix ans. Cela implique que leurs couleurs et leurs matériaux ne doivent jamais être démodés. Nous devons avant tout garantir que la fiabilité, la robustesse et l’esthétisme de nos produits soient intemporels. Notre mission : faire durer l’innovation !

De l’Inde à la Chine, en passant par les États-Unis ou encore l’Australie, comment est-ce que les studios du monde entier anticipent l’innovation matérielle ?

Ils le font de manière très différente ! Chaque culture a ses propres habitudes et rituels en ce qui concerne les objets. Les innovations incarnent des formes et des ergonomies distinctes en fonction du marché. L’état d’esprit dans lequel les designers conçoivent de nouveaux produits est très différent en Australie et en Chine ; les interrupteurs sont petits en Australie alors qu’ils ont toujours été très grands en Chine. En Allemagne, les interrupteurs doivent toujours être carrés. Nous avons essayé d’adopter d’autres approches par le passé : afin d’essayer de casser les codes, le designer allemand Konstantin Grcic a conçu un interrupteur circulaire contenu par un cercle plus grand. Plusieurs prix de design ont récompensé notre travail, mais nous n’en avons vendu aucun. Les designers ont accueilli notre travail avec enthousiasme, mais pas les consommateurs !

Nouvelles technologies, impression 3D, biomimétisme, quelles sont les innovations qui attirent votre attention ?

Schneider Electric est une entreprise fondée et dirigée par des ingénieurs : notre mission est de simplifier l’installation et l’utilisation de nos produits, et ce, en nous souciant des électriciens tout autant que de nos clients finaux. Aujourd’hui, les innovations sont autant portées par l’équipe de conception qui bouscule les habitudes que par la révolution numérique : nous devons traduire les algorithmes en applications faciles à utiliser et associer des QR codes à des systèmes simplifiés. Tout doit aussi être aussi intuitif que possible et les designers nous aident à atteindre cet objectif.

Et qu’en est-il de la durabilité ? Il s’agit d’un domaine dans lequel il est toujours possible d’innover n’est-ce pas ?

Bien sûr ! En matière de développement durable, les innovations sont au premier plan : l’objectif étant de créer un meilleur environnement personnel et professionnel. Nous avons notamment passé en revue tous les emballages de Schneider Electric et cherché des solutions pour utiliser moins de matières premières, supprimer les emballages plastiques et les remplacer par des emballages recyclables. Les objectifs à long terme en matière de durabilité font partie de la réalité de Schneider Electric. Ils soulèvent néanmoins des questions complexes : comment isoler au mieux les appareils électriques de l’eau sans utiliser de plastique ? Comment supprimer notre impact environnemental tout en protégeant le consommateur ? Nous ne pouvons pas faire de choix, nous devons impérativement trouver des solutions répondant à ces deux problématiques. Une fois trouvées, nous devons les implémenter dans le monde entier ; cela génère des nouveaux problèmes de logistique et de production.

Pouvez-vous citer une innovation récente en matière de design dont la portée vous a surpris ?

Oui ! Un petit levier de déclenchement est présent sur chaque disjoncteur. Il sert à réenclencher celui-ci. Lorsqu’une coupure de courant plonge dans le noir l’usine dans laquelle vous vous trouvez et que des centaines de disjoncteurs sont alignés, la question que vous vous posez est : « comment faire pour identifier rapidement le disjoncteur qui pose problème ? » Nos ingénieurs et designers ont travaillé dur pour trouver une solution à base de LED, mais celle-ci s’est avérée trop encombrante et trop coûteuse (environ 45 euros). Un jour, alors que je mangeais un burger avec l’équipe de Boston, un des designers m’a lancé une balle rebondissante. La balle s’est illuminée en touchant le sol. Nous avions trouvé notre moteur d’innovation : nous avons développé une technologie similaire et l’avons appliquée au disjoncteur. Brevetée mondialement, cette technologie nous permet de proposer cette nouvelle fonction pour 1,2 dollar !

Comment est-ce que l’on s’y prend pour concevoir des appareils qui s’adaptent à différents modes de vie et à différentes habitudes culturelles ?

Le choix du style et des matériaux est essentiel. Aujourd’hui, le rayon robinets de n’importe quel magasin de matériels est dix fois plus fourni qu’il ne l’était au cours des deux dernières décennies. On peut choisir la finition, la couleur, la forme et d’innombrables options. Certains s’illuminent même. Aujourd’hui, lorsqu’ils achètent des appareils du quotidien (des robinets, des interrupteurs, des poignées de porte, des radiateurs), les consommateurs arrêtent leurs choix sur des produits qui font écho à leur style de vie. Chez Schneider Electric, nous proposons une large gamme d’interrupteurs. Leur couleur, leur style, leur forme, leur dimension, leur texture et finition varient pour répondre aux besoins de clients exigeants, et ce, que nos clients préfèrent opter pour un style industriel, rétro, pop ou minimaliste !

Pour Unica System, vous avez trouvé une façon unique d’appliquer un tissu Kvadrat sur une base en aluminium, comment avez-vous procédé ?

Nous nous sommes inspirés du travail de Vitra, le studio qui a remodelé nos bureaux à Paris. Nous voulions dissimuler au maximum nos appareils et les faire ressembler aux meubles Vitra afin de créer un environnement de travail plus élégant. Le service marketing a approuvé l’idée, mais n’est pas parvenu à l’implémenter. Un jour, en regardant une émission de télévision, j’ai vu un fournisseur de châssis de fenêtres coller une surface en faux bois sur une base en aluminium. C’était la technique que je cherchais. Nous avons contacté ce fournisseur et sommes parvenus à coller de magnifiques textiles Kvadrat sur nos appareils en aluminium. Nous venions d’innover ! [Plus d’informations à propos du système Unica System]

« Simplicité, cohérence et esthétique », comment est-ce que la devise du groupe reflète votre travail quotidien ?

Notre objectif est de rendre le quotidien agréable et d’innover constamment pour proposer de nouveaux services. Nous nous intéressons à la façon dont les gens vivent et veulent vivre et cherchons constamment à proposer des solutions simples et créatives. Il est également capital que nous restions proches des électriciens et des utilisateurs finaux. Au quotidien, notre mission est de trouver des solutions simples pour répondre aux personnes qui recherchent à la fois la créativité et l’esthétisme.

Vous collaborez avec d’innombrables designers de talent pour concevoir de nouveaux produits (Normal Studio, Jasper Morrison, 5.5, Delolindo). Comment les choisissez-vous et comment les briefez-vous ?

Nous travaillons avec ceux dont le travail attire notre attention : je suis passionné de design et j’adore rencontrer ceux qui se cachent derrière des innovations intelligentes. Le design industriel n’existe pas : il existe de bons designers qui trouvent des solutions intelligentes. Je choisis de collaborer avec un designer parce qu’une de ses créations ou sa manière de penser me plait. Prenons l’exemple de Jasper Morisson, il est capable de travailler sur plusieurs projets de manière simultanée : il peut concevoir une pièce de collection pour la galerie kreo en même temps qu’un appareil pour la branche danoise de Schneider Electric qui se vendra plus de 20 millions de fois. C’est le style de son travail qui m’a incité à faire appel à lui. J’ai insisté pour qu’il adopte son approche hors norme et conçoive un produit intemporel et minimaliste.

Lorsque je sélectionne un designer, je garde à l’esprit les besoins et la culture des consommateurs du marché cible. Un bon designer saura les mettre en valeur ou les renforcer. Je garde toujours à l’esprit un principe clé : associer ce qui fonctionne ensemble.

Quel est l’impact de l’innovation sur le design et le design d’intérieur ?

Chez Schneider Electric, nous incitons nos équipes de designers à trouver des solutions et à innover. Cela nous pousse à nous adapter en permanence et à constamment lancer de nouveaux produits. Cette stratégie orientée vers le lancement de nouveaux produits et les avancées techniques est un repère pour les designers : elle les guide pour innover davantage, concevoir de nouveaux appareils, et tester de nouveaux matériaux. Chez Schneider Electric, l’innovation matérielle aide les designers à innover : c’est une stratégie gagnant-gagnant.

Découvrez encore plus d’idées et d’inspiration en nous suivant sur nos réseaux sociaux et en consultant notre site Web

Twitter Frederic Beuvry, SVP Industrial Design and Ergonomics on LinkedIN

Traduit de MATERIAL INNOVATION: Interview with Frédéric Beuvry, Senior Vice President Industrial Design & Ergonomics

L’article Matériaux et innovation : Interview de Frédéric Beuvry, SVP Industrial Design and Ergonomics est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>
https://blog.se.com/fr/residentiel/2022/01/10/materiaux-et-innovation-interview-de-frederic-beuvry-svp-industrial-design-and-ergonomics/feed/ 0
Le rôle du design en matière d’architecture d’intérieur https://blog.se.com/fr/residentiel/2022/01/10/le-role-du-design-en-matiere-darchitecture-dinterieur/ https://blog.se.com/fr/residentiel/2022/01/10/le-role-du-design-en-matiere-darchitecture-dinterieur/#respond Mon, 10 Jan 2022 14:36:06 +0000 https://blog.se.com/fr/?p=6344 Marie-Catherine Chazeaux est à la tête du pôle architecture de Cogedim depuis 10 ans. Architecte de formation, elle a débuté dans l’entreprise il y a 20 ans en aidant les... Lire la suite »

L’article Le rôle du design en matière d’architecture d’intérieur est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>
Marie-Catherine Chazeaux est à la tête du pôle architecture de Cogedim depuis 10 ans. Architecte de formation, elle a débuté dans l’entreprise il y a 20 ans en aidant les clients à personnaliser leur logement. Aujourd’hui, elle et son équipe d’une vingtaine d’architectes et architectes d’intérieur accompagnent tous les acteurs de Cogedim, du développeur foncier jusqu’au responsable de programme, afin de créer des appartements et des immeubles qui répondent aux attentes des clients. Anticiper les nouveaux usages, les façons de vivre de demain, pour faire en sorte que les clients puissent avoir des appartements respectueux de leur bien-être mais aussi de l’environnement est l’essence de leur mission. Marie-Catherine Chazeaux nous donne sa vision de l’avenir du design dans la construction de l’habitat résidentiel.

Titre : Marie-Catherine Chazeaux, Directrice du pôle architecture de Cogedim                         

Descriptif : Photo de Marie-Catherine Chazeaux

Quelle définition du design donneriez-vous dans le contexte de vos missions chez Cogedim ? 

Pour moi, le design est plus orienté objet qu’espace. On parle du design d’une prestation, d’un interrupteur, d’un élément mobilier, mais on ne parle pas de design d’un appartement. Le design d’espace est une discipline portée sur la fonction d’un lieu et la compréhension du comportement des usagers.

Quel rôle joue le design en matière d’architecture d’intérieur ?

Nous essayons d’analyser le mode de vie de nos concitoyens, de nos clients d’aujourd’hui et de demain pour anticiper les usages. Par exemple, nous travaillons sur l’évolution des structures familiales ou sur les différentes périodes de la vie pour savoir quel type d’appartement nous allons concevoir, pour quel type de client.

Un appartement pour une famille recomposée ne peut être réfléchi de la même façon qu’un appartement pour une famille plus classique, monoparentale ou pour des célibataires. Chaque appartement doit répondre à une problématique définie. Nous allons donc dessiner les plans en fonction du type d’acquéreur que l’on envisage. Ce dernier aura, en plus, la possibilité de personnaliser son appartement selon ses envies, ses goûts.

Nous souhaitons anticiper ses besoins, mais aussi lui permettre par la suite d’aller plus loin dans la personnalisation de son appartement.

À quel moment votre travail s’arrête-t-il et la personnalisation par le client Cogedim commence-t-elle ?

Il y a 2 types de personnalisation chez nous. Il y a d’abord les personnalisations techniques, puis les personnalisations dites décoratives.

Pour les personnalisations techniques, les acquéreurs peuvent y avoir recours jusqu’au stade de l’achèvement des fondations. Plus structurantes, elles doivent être anticipées. Il peut s’agir du déplacement, d’un rajout ou de la suppression d’une cloison, d’un ajout ou un déplacement d’appareillages électriques, mais aussi du remplacement d’éléments de plomberie (remplacement d’une baignoire par une douche, rajout d’un w.c. ou d’un raccordement pour lave-linge, modification de l’implantation des éléments de cuisine…)

La personnalisation décorative intervient dans un second temps en général une année avant la livraison. C’est à ce moment-là que nous allons présenter à nos clients les prestations que nous leur proposons contractuellement pour leur appartement : parquet, carrelage, couleur du meuble vasque, revêtements des placards, parfois même couleur des interrupteurs ou modèle de poignées de portes. Tous ces éléments sont personnalisables dans le contrat, c’est-à-dire sans coût additionnel pour l’acquéreur.

Nous proposons aussi des options supplémentaires permettant d’aller encore plus loin dans la personnalisation. Des tailles de carrelage différentes, des longueurs et largeurs de lames de parquet plus importantes, du papier peint ou de la peinture décorative, un choix de parois de douches ou de placards plus large, etc.

La personnalisation décorative intervient ainsi plus tard dans le processus d’achat d’un appartement en VEFA. Au moment de l’achat, nos clients réfléchissent davantage aux aspects financiers ou liés à la géométrie globale de l’appartement. En approchant de la livraison, ils commencent à penser à la décoration, à l’aménagement et aux meubles qu’ils vont mettre dans leur logement. C’est pour cela que nous avons créé les « Stores Cogedim », de véritables concept stores de l’immobilier. Nous en avons six dans toute la France, dont le plus grand est à Paris avec deux appartements-témoins aménagés et meublés. Nous y présentons toutes les prestations que nous proposons, optionnelles ou contractuelles ainsi que des looks d’ameublement. Nous changeons l’ameublement à chaque saison pour pouvoir donner des idées à nos acquéreurs en fonction des tendances.

Titre : Les Stores Cogedim                                                                                          

Description : Mise en situation de deux types de logements par Cogedim : 3 pièces

Pensez-vous que toutes ces options de personnalisation font la différence au moment de la vente ? 

Pour nous, c’est essentiel. Acheter dans le neuf, c’est un peu conceptuel : vous achetez du rêve, vous achetez sur plan, vous achetez quelque chose qui n’est pas palpable. Quand nous vendons un appartement, l’acquéreur ne voit donc pas son bien, à la différence d’un appartement ancien que l’on peut visiter et acheter en connaissance de cause.

Plusieurs configurateurs permettent de visualiser votre futur logement, mais cela reste du virtuel. En créant des espaces physiques comme nos Stores, nous ramenons du palpable à des acquéreurs qui achètent du virtuel. C’est très important qu’ils puissent toucher le carrelage ou voir un modèle de w.c. à double touche, un mur en plaque de plâtre, ou encore des fenêtres PVC ou aluminium. Leur donner l’occasion de toucher ces matériaux est essentiel. Nos Stores sont là pour les rassurer et leur apporter toutes les réponses à leurs questions.

Présenter un appartement grandeur nature permet également de se rendre compte des dimensions. Par exemple, dans chacun de nos appartements mis en scène, nous proposons un plan pièce par pièce avec les principales cotes. C’est en leur donnant des notions d’échelle qu’ils arriveront à se projeter, tout comme le fait de leur montrer toutes les possibilités d’ameublement.

Le rôle de mes équipes d’architectes d’intérieur est d’accompagner encore plus les acquéreurs en leur proposant des mises en scène sur des logiciels 3D. On leur montre des aménagements types, dans un appartement-témoin, pour ensuite basculer sur leur propre appartement et leur proposer par exemple un aménagement spécifique. Cela permet de passer du virtuel au réel.

Titre : Les Stores Cogedim                                                                                                                     

Description : Mise en situation de deux types de logements par Cogedim : 2 pièces

Est-ce que la variété que vous proposez en matière de personnalisation est importante ? Fait-elle une différence ?

C’est très important, et c’est très important aussi de les guider. Je pense que l’on peut facilement perdre nos clients en leur montrant trop de choix sans un accompagnement spécifique, esthétique. On se rend compte qu’ils sont très demandeurs d’un avis professionnel pour éviter des fautes de gout, des mauvaises associations de couleurs.

Même s’ils choisissent souvent les mêmes couleurs, nous pouvons les aider à oser. Ce qui est amusant c’est que souvent les jeunes sont plus traditionnels dans leur choix alors que les personnes les plus âgées, osent des choix plus colorés.

Quelle place prend la notion de tendance dans votre travail ? 

Nous nous y intéressons et y travaillons avec l’agence NellyRodi avec laquelle nous avons créé un cahier de tendance spécifique en étudiant les évolutions du marché. C’est la première fois que cette agence, habituée à travailler dans la mode et la grande consommation, collaborait avec un promoteur. Nous souhaitions, à travers cette démarche, ramener dans le logement des tendances générales du moment tant stylistiques que sociétales.

Autre grand sujet qui est au cœur du positionnement de Cogedim, celui de la santé. Nous avions la conviction que la santé était devenue un enjeu majeur pour les Français, notamment après les périodes de confinement. Nous avons donc voulu explorer et analyser les perceptions des Français dans ce domaine pour mieux les prendre en compte dans notre offre produit. Nous avons d’ailleurs commandité une étude auprès de l’institut Opinion Way sur le thème « Les français, le logement et la santé ». Cette étude effectuée auprès un large panel de Français nous a révélé que pour 83% des Français le logement a un impact important sur la santé physique, mentale et sociale, qui sont les 3 composantes de la définition de la santé selon l’OMS. L’étude nous apprend également qu’un Français sur deux est prêt à payer plus cher pour accéder à un bien bon pour sa santé.

Troisième enseignement, les critères santé les plus importants pour les Français au sein de leur logement sont la qualité de l’air (qualité des entrées d’air, qualité de la ventilation de l’appartement ou encore de la peinture), la régulation de la température (en hiver comme en été), la présence d’espaces extérieurs mais aussi la lumière et l’acoustique (qualité des cloisons, qualité des vitrages, etc.). L’aspect sociétal est aussi essentiel. Avoir une bonne relation avec ses voisins et être à proximité des transports restent des éléments importants.

Ces enseignements nous inspirent : nous travaillons par exemple sur des matériaux moins émissifs, plus lavables et plus faciles à entretenir ou encore avec des appartements traversants plus faciles à ventiler.

Quelles grandes tendances de décoration constatez-vous ?

Corollaire au sujet de santé, je pense que l’aspect hygiène est très important. On retrouve par exemple le traitement de l’entrée, qui avait pendant longtemps disparu. Pendant l’épisode Covid, c’est devenu un « sas de décontamination » où enlever ses chaussures et se laver les mains pour laisser les bactéries à l’extérieur.

Ces entrées vont ainsi être repensées en utilisant des matériaux différents (remplacer le parquet par le carrelage par exemple) ou en s’inspirant de ce qui se fait ailleurs comme au Japon avec un espace spécifique pour s’asseoir et enlever ses chaussures, une salle d’eau attenante pour se laver les mains. Il y aura donc une nouvelle répartition des pièces liées à ce sujet de la santé.

Les espaces extérieurs sont aussi maintenant très importants. Nous ne ferons plus de neuf sans espaces extérieurs privatifs ou communs. J’aime bien parler aussi des espaces de transition, qui sont pour moi primordiaux comme nous l’avons vu avec l’entrée, qui sert de transition entre l’extérieur et l’intérieur, ou le balcon transition entre le séjour et l’extérieur. Le balcon qui devient alors une extension de l’intérieur en permettant aux gens d’avoir une pièce en plus à la belle saison et d’interagir avec son environnement extérieur proche. Le design de ces espaces extérieurs est donc primordial et doit se faire avec le même souci du détail que celui des espaces intérieurs afin d’en assurer une habitabilité optimale, un usage bien défini. Chacun doit pouvoir installer son mobilier à sa convenance et en fonction de ses besoins.

Le design de ces espaces et la façon dont vous allez les traiter ne peuvent plus être séparés. Le confort d’été est également un sujet sur lequel nous travaillons de plus en plus et qui participe au design et à la conception des appartements. L’objectif est de vivre mieux dans son appartement l’été sans avoir de surchauffe (stores spécifiques sur les balcons, éviter les couleurs foncées ou encore mettre en œuvre les matériaux à faible inertie comme le bois, avoir recours à la végétalisation des espaces extérieurs pour créer des îlots de fraîcheur… etc.).

Le design c’est aussi tout ce qui est sujet de flexibilité. Comment fait-on en sorte que l’usage des pièces puisse changer en fonction des heures de la journée des semaines, mais aussi au cours des années ? Quand je vous parlais de familles recomposées, ce sont des familles « accordéon » qui doublent voire triple le nombre d’occupants d’un appartement d’une semaine sur l’autre. Comment les aider à mieux vivre ces changements en toute sérénité ?

C’est cette flexibilité d’usage à l’intérieur de l’espace qui est aussi très importante. Nous la retrouvons d’ailleurs dans toutes les chaînes de magasins de bricolage, et même les marchands de meubles avec des lits escamotables, des canapés convertibles. C’est encore plus le cas avec la notion de télétravail. On ne va pas travailler sur la table de la cuisine ou sur son canapé alors que d’autres personnes vivent dans la maison. Réfléchir à de véritables espaces ou a des aménagements spécifiques est indispensable.

Comment est-ce que vous choisissez les options de personnalisation que vous proposez à vos clients ? 

En premier lieu, nous interrogeons nos clients. Nous présentons des options et nous faisons ensuite un suivi très pointu du ressenti de nos clients. Le retour d’expérience est primordial pour adapter en conséquence notre offre. Cela nous permet de nous remettre en question et d’adapter continuellement les produits.

Nos Stores nous offrent aussi la possibilité de tester énormément de choses auprès de nos acquéreurs, de recueillir leurs avis avant de les proposer. Ce sont des lieux d’expérimentation, un laboratoire d’innovations. Il y a des produits présents de manière expérimentale que nous montrons à nos acquéreurs pour voir leurs réactions. Nous avons par exemple en ce moment des robinets qui produisent de l’eau pétillante ou des serrures connectées. L’idée est de mettre en avant des innovations. Si par la suite nous voyons qu’il y a un engouement par rapport à une de ces prestations, nous pourront les rajouter contractuellement ou en option. Quelle que soit l’action que nous mettons en place, nous devons éduquer les clients, à travers une phase de pédagogie.

Quelles grandes tendances de couleurs, de matières, constatez-vous ?

En plus de la modularité, 3 grandes tendances :

  • La première, nous en avons parlé précédemment, concerne le bien-être, le cocooning, l’harmonie visuelle, le confort acoustique, la qualité de l’air, l’ergonomie. Les lignes sont douces, enveloppantes.
  • En second, nous sommes dans une phase de sobriété vertueuse, de logements à faible impact environnemental, beaucoup plus qu’avant. Nos clients sont aussi particulièrement friands de récup’, de local, de traçable, de bio sourcé. Tout ceci impacte beaucoup la décoration et le design.
  • Il y a aussi une tendance plus inspirante. Le neutre, le passe-partout, l’interchangeable ne sont plus du tout d’actualité. Les nouveaux lieux de vie ont vocation à refléter la personnalité de ceux qui les occupent. Les logements ont du caractère celui de leur propriétaire : les choses créatives et qui sortent de l’ordinaire, les choses disruptives et surtout que le voisin n’a pas. Ils veulent quelque chose de différenciant. Ce côté exclusif, innovant, customisable, sur mesure est très marqué dans les nouvelles tendances.

Quelles seraient vos attentes envers des industriels comme Schneider Electric sur cette notion de design ?

Il faut travailler ensemble pour adapter le design à de nouveaux usages tout en évitant la gadgétisation. La domotique et tous ces sujets n’ont pas fonctionné pour l’instant, car cela relève trop du gadget pour les acquéreurs. Il leur faut du concret, de l’utile. Ils sont aujourd’hui plus concernés par les économies d’énergie, par l’écologie. Les prises électriques déplaçables sont utiles si elles apportent une évolutivité de l’aménagement de l’appartement.

La domotique est aussi très importante pour moi pour travailler sur le confort d’été par exemple. Il faut aller dans ce sens-là, nous avons des idées parce que nous savons ce qu’attendent nos acquéreurs. Nous pourrions donc attendre des industriels une collaboration afin de travailler sur de nouveaux usages.

architecte travaillant sur un plan

L’article Le rôle du design en matière d’architecture d’intérieur est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>
https://blog.se.com/fr/residentiel/2022/01/10/le-role-du-design-en-matiere-darchitecture-dinterieur/feed/ 0
L’automatisation ouverte permet d’obtenir des résultats axés sur les objectifs. https://blog.se.com/fr/industrie/agroalimentaire/2021/12/22/lautomatisation-ouverte-permet-dobtenir-des-resultats-axes-sur-les-objectifs/ https://blog.se.com/fr/industrie/agroalimentaire/2021/12/22/lautomatisation-ouverte-permet-dobtenir-des-resultats-axes-sur-les-objectifs/#respond Wed, 22 Dec 2021 10:50:32 +0000 https://blog.se.com/fr/?p=6329 Au début de l’année, j’ai affirmé que l’industrie était confrontée à trois mégatendances : le développement durable, l’évolution de la main-d’œuvre industrielle et l’évolution vers une technologie d’automatisation ouverte et... Lire la suite »

L’article L’automatisation ouverte permet d’obtenir des résultats axés sur les objectifs. est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>

Au début de l’année, j’ai affirmé que l’industrie était confrontée à trois mégatendances : le développement durable, l’évolution de la main-d’œuvre industrielle et l’évolution vers une technologie d’automatisation ouverte et normalisée. En septembre, j’ai fait le lien entre la durabilité et la rentabilité responsable. Et dans mon blog d’octobre, j’ai expliqué comment l’évolution de la main-d’œuvre mondiale entraîne de nouvelles dynamiques commerciales et de chaîne d’approvisionnement et comment les outils numériques peuvent aider les utilisateurs finaux à gérer ces changements.

La troisième mégatendance est liée à cela.

Nous avons tous été témoins d’un immense changement culturel au sein de notre main-d’œuvre, principalement dû à l’émergence d’une génération motivée par un but précis. Les Millennials et la génération Z (ou Zoomers) représentent désormais environ 40 % de la main-d’œuvre américaine. En tant que premiers natifs numériques à entrer sur le marché du travail, il est fascinant de voir comment ces travailleurs utilisent et interagissent avec la technologie. Comme l’indique clairement cet article de Forbes, ces jeunes travailleurs « veulent la même expérience connectée que celle qu’ils ont dans leur vie personnelle sur le lieu de travail et s’attendent à pouvoir être connectés numériquement avec leurs équipes rapidement via différents formats. » En bref, ils s’attendent à ce que les choses fonctionnent, et ils veulent choisir et utiliser la technologie qui correspond le mieux à leurs besoins et à leur style.

Mais il ne s’agit pas seulement de la jeune main-d’œuvre

Qu’il s’agisse d’un baby-boomer qui va bientôt prendre sa retraite ou d’une personne de la génération X bien établie dans son parcours professionnel, chaque génération de la main-d’œuvre actuelle, vaste et de plus en plus diversifiée, s’appuie sur les technologies anciennes et émergentes pour réussir dans ses fonctions.

Dans la plupart des cas, étant donné que nous sommes tous immergés dans la technologie aujourd’hui, nous ne nous préoccupons pas de l’arrière-plan de l’outil : Nous voulons simplement être en mesure d’appliquer la meilleure solution pour atteindre nos objectifs.

En fait, nous nous sommes tous habitués à utiliser une technologie ouverte et interopérable dans notre vie quotidienne, mais dans la plupart des environnements industriels actuels, ce n’est pas possible. Pour de nombreux clients, c’est frustrant et coûteux, et cela témoigne de la troisième grande transition industrielle : le passage progressif à l’automatisation ouverte et aux environnements basés sur des normes ouvertes.

La valeur des systèmes ouverts et interopérables

Alors, comment nos clients font-ils face à ce changement, en particulier lorsque certaines des technologies de leurs usines ont été installées il y a des années, voire des décennies ?

La réponse est de s’assurer qu’il existe une interaction plus forte, plus mature et plus sûre entre les dispositifs et les composants de contrôle industriel. Ce nouveau niveau d’ouverture fournira toutes les fonctionnalités dont nous avons besoin pour faire ce que nous voulons faire, et que nous n’avons jamais pu faire par le passé.

Dans les environnements fermés, où vous êtes enfermé dans la technologie d’un seul fournisseur, vous êtes limité : Vous ne pouvez vraiment contrôler les choses que sur la base des fonctionnalités de la technologie fournie par votre fournisseur.

Et si cette technologie ancienne, propriétaire et fermée est très efficace pour aider à contrôler les risques opérationnels traditionnels (sécurité, efficacité, fiabilité, etc.), elle limite la capacité des utilisateurs finaux à surveiller et à contrôler d’autres risques commerciaux de plus haut niveau, comme le retour sur investissement, le délai de rentabilisation et même les bénéfices.

Cependant, en passant à un environnement ouvert, nous serons en mesure de faire les choses différemment. Non seulement nous aurons une meilleure vue et un meilleur contrôle des variables et des risques traditionnels des processus, mais nous pourrons aussi contrôler d’autres valeurs commerciales non traditionnelles, et pas seulement des valeurs financières.

Je suis fier de dire que Schneider Electric a pris des mesures importantes et avant-gardistes dans ce domaine. Vous avez peut-être vu l’annonce récente de la création d‘Universal Automation.org, une nouvelle association indépendante, à but non lucratif, dédiée à la gestion de la mise en œuvre d’un runtime à source partagée pour l’automatisation industrielle.

Selon UniversalAutomation.org, « ce nouveau niveau de technologie partagée constitue la base d’un écosystème de solutions portables, interopérables, « plug and produce » et crée une catégorie entièrement nouvelle au sein de l’automatisation industrielle. » Schneider Electric est honoré d’être membre.

Mais notre engagement envers l’ouverture ne s’arrête pas là. Nous continuons également à être des membres dévoués et contributifs de l’Open Process Automation Forum. L’OPAF est un groupe consensuel d’utilisateurs finaux, de fournisseurs, d’intégrateurs de systèmes, d’organismes de normalisation et d’universitaires qui se concentrent mutuellement et en collaboration sur le développement d’une architecture d’automatisation de processus ouverte, sécurisée et interopérable, basée sur des normes.

Les systèmes d’automatisation de processus ouverts et flexibles et leurs composants sont importants pour accroître les bénéfices – et la norme d’automatisation de processus ouverte (O-PAS) et les systèmes O-PAS répondront à ce besoin.

Lisez le livre blanc de l’Open Group : Améliorer la rentabilité grâce aux systèmes ouverts d’automatisation des processus

Atteindre des résultats ciblés avec l’Universal Automation

Permettez-moi d’insister sur le fait qu’UniversalAutomation.org et OPAF ne sont pas des concurrents ou des alternatives l’un à l’autre. En fait, UniversalAutomation.org est complémentaire de l’OPAF et constitue un accélérateur pour réaliser la vision de l’OPAF sur l’automatisation ouverte des processus. Alors que l’OPAF définit un modèle d’information pour les systèmes d’automatisation des processus, UniversalAutomation.org fournit une plateforme d’exécution indépendante du fournisseur sur laquelle le modèle OPAF peut être construit sous la forme de composants logiciels IEC 61499, qui peuvent ensuite être exécutés par toutes les plateformes Universal Automation.

Toute cette idée d’Universal Automation ouverte et basée sur des normes conduit à un monde de composants d’automatisation centrés sur les logiciels et les actifs, construits sur la norme CEI 61499. Dans l’environnement « plug-and-produce » créé par l’Universal Automation, la main-d’œuvre pourra utiliser la meilleure technologie pour le travail, quel que soit le fournisseur. Cela va leur permettre de passer du contrôle des risques opérationnels traditionnels au contrôle d’autres résultats axés sur les objectifs, tels que les émissions de carbone, les performances environnementales, la durabilité, etc.

Et parce que l’Universal Automation permet la portabilité et l’interopérabilité des applications, l’industrie sera beaucoup plus résiliente. Les utilisateurs finaux seront mieux équipés non seulement pour contrôler les nouvelles variables opérationnelles, mais aussi pour ajuster leurs opérations et leurs stratégies de chaîne d’approvisionnement afin de répondre plus rapidement à l’évolution des dynamiques et des pressions du marché.

L’avenir est ouvert

Bien que je sois extrêmement fier des progrès réalisés par Schneider Electric pour créer ce nouveau monde d’automatisation ouverte et universelle, je tiens à être très clair : l’architecture actuelle des systèmes d’automatisation des processus a fait un excellent travail pour faire progresser l’industrie jusqu’au point où nous sommes aujourd’hui. C’est le modèle avec lequel j’ai grandi et que j’ai utilisé avec une grande efficacité tout au long de ma carrière.

Nous pouvons tous être fiers de ce que nous avons réalisé dans le cadre des modèles et des cadres d’automatisation des processus existants. Pensez à ce que nous étions en tant qu’industrie il y a 30 ans et à ce que nous sommes aujourd’hui. Les progrès sont étonnants. Mais si nous voulons passer à l’étape critique suivante – si nous voulons réaliser la promesse de la quatrième révolution industrielle et tirer pleinement parti de la technologie dont nous disposons aujourd’hui – nous devons changer de modèle.

C’est exactement ce que nous faisons grâce à notre incubateur et à la technologie qui en découle, notamment notre EcoStruxure Automation Expert, que le groupe consultatif ARC appelle « The Road to Universal Automation ». En s’appuyant sur la norme IEC 61499 et en contribuant à influencer et à faire progresser l’automatisation des processus basée sur des normes ouvertes, Schneider Electric s’efforce d’atteindre une efficacité d’ingénierie de 100 %, une efficacité opérationnelle de 100 % et un avenir de 100 %.

Cela signifie également que la main-d’œuvre industrielle actuelle et future sera mieux à même de contrôler et d’améliorer les performances de l’entreprise, tout en fournissant des résultats axés sur les objectifs. Si vous souhaitez en savoir plus sur l’Universal Automation, veuillez lire ce livre blanc et explorer le site UniversalAutomation.org.

Vous souhaitez en découvrir plus sur EcoStruxure Automation Expert? Contactez un expert!

Découvrez nos articles sur : la standardisation et « l’universal automation » et sur l’automatisme à l’épreuve du futur

Traduit de Open Automation empowers Purpose-driven Outcomes

L’article L’automatisation ouverte permet d’obtenir des résultats axés sur les objectifs. est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>
https://blog.se.com/fr/industrie/agroalimentaire/2021/12/22/lautomatisation-ouverte-permet-dobtenir-des-resultats-axes-sur-les-objectifs/feed/ 0
Mieux construire : La durabilité pour chaque maison https://blog.se.com/fr/gestion-de-lenergie/2021/12/20/mieux-construire-la-durabilite-pour-chaque-maison/ https://blog.se.com/fr/gestion-de-lenergie/2021/12/20/mieux-construire-la-durabilite-pour-chaque-maison/#respond Mon, 20 Dec 2021 14:12:34 +0000 https://blog.se.com/fr/?p=6325 Il existe un précepte écologique réitéré sans cesse qui affirme qu’il faut penser globalement, mais agir localement. Plusieurs entreprises de construction résidentielle, notamment Country Homes, de Woodbridge, en Ontario, ont... Lire la suite »

L’article Mieux construire : La durabilité pour chaque maison est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>
Il existe un précepte écologique réitéré sans cesse qui affirme qu’il faut penser globalement, mais agir localement. Plusieurs entreprises de construction résidentielle, notamment Country Homes, de Woodbridge, en Ontario, ont adopté ce précepte et se sont engagées à construire des résidences durables grâce à certains produits comme Wiser Energy Smart Home Monitor pour les aider à concrétiser leurs objectifs. Une maison intelligente est une maison durable.

Un produit commercialisable

« Mieux construire » – c’est l’un de nos slogans clés. « Nous planifions toujours pour préparer l’avenir. Nous faisons tout ce qui est possible pour offrir à nos enfants et à nos petits-enfants une planète en santé et pour être fiers de nos constructions », affirme Christian Rinomato, responsable de la durabilité chez Country Homes.

« C’est au cœur de notre engagement envers la qualité. La durabilité est intimement liée à notre volonté à bien faire les choses et à créer un bon produit pour nos clients », ajoute Corey McBurney, directeur général de la durabilité pour le Groupe d’entreprises Rinomato, la société mère de Country Homes.

Toutefois, les constructeurs ne s’engageront pas à « mieux construire » s’il n’y a pas de demande. « Nous avons consulté des études qui démontrent que l’efficacité énergétique fait partie des cinq premières exigences lors de l’achat d’une maison », déclare M. Rinomato. « Je crois que la priorité de cette exigence augmentera de manière importante dans les années à venir; elle deviendra alors une norme. L’adoption par les acheteurs se fera tout naturellement. C’est dans cette direction que le monde se dirige. »

Une énergie plus intelligente

S’ils veulent réduire leur consommation, les propriétaires doivent connaître la quantité d’énergie qu’ils consomment. Wiser Energy Smart Home Monitor – le système de surveillance de consommation d’énergie résidentielle proposé par Schneider Electric – constitue un outil idéal pour effectuer ce travail.

« Je suis immédiatement tombé en amour avec le système Wiser Energy Smart Home Monitor. Je l’ai installé dans ma propre maison », déclare Christian Rinomato. « On obtient tellement d’informations à portée de main. »

Ces informations vous permettent d’apporter facilement de petites modifications; l’extinction des lumières par exemple ou le débranchement d’appareils qui n’ont pas besoin d’être branchés. Il vous permet en outre de configurer le chauffage et la climatisation par zone, ce qui peut représenter un avantage important.

« Ça permet aux gens d’être un peu plus conscients. Imaginez l’impact important que nous aurions si nous baissions tous la température d’un seul degré. Et c’est si facile à réaliser », affirme Corey McBurney.

« C’est ce qu’il y a de beau avec le système Wiser Energy Smart Home Monitor, il permet de sensibiliser les consommateurs. C’est une première étape réelle pour un changement des comportements », explique M. Rinomato.

Au-delà de la sensibilisation des consommateurs, le système Wiser Energy Smart Home Monitor offre aux clients de Country Homes – les propriétaires en fait – une surveillance permanente des appareils ménagers, des systèmes CVC et de tout autre appareil électronique connecté à leur panneau électrique. Ils obtiennent en temps réel des données de consommation d’énergie et des alertes de sécurité. Bref, ils se sentent rassurés puisqu’ils contribuent à la durabilité tout en protégeant leur plus grand investissement.

De plus, le programme Wiser Approved Installer a été mis en place pour aider les électriciens à apprivoiser le système Wiser Energy Smart Home Monitor ainsi que son installation et son utilisation. Ce programme comprend des formations, des rabais et des promotions.

Pour Country Homes, l’innovation et le développement d’une vision d’avenir sont des démarches essentielles. « Nous tentons d’obtenir la pérennité pour nos maisons. C’est beaucoup plus facile pour nous d’agir maintenant que pour un propriétaire d’agir plus tard », affirme M. Rinomato. Par exemple, nous installons des systèmes de base d’alimentation pour les véhicules électriques dans toutes les maisons de Country Homes depuis 2018. « L’énergie solaire, le stockage des batteries, les chargeurs de véhicules électriques… ce sont tous des éléments qui font partie de nos plans de conception communautaire pour l’avenir », explique Christian Rinomato.

Des communautés durables

Au-delà des maisons durables, Country Homes tente de construire des communautés durables entières. Le premier lotissement Energy Star de

l’entreprise, le projet de développement Sterling de Georgetown, en Ontario, comporte 38 maisons en rangée en sept pâtés de maisons. Chaque maison est équipée de systèmes de chauffage et de climatisations efficaces, d’isolation dont le niveau a été amélioré, de fenêtres homologuées Energy Star, et de plusieurs autres éléments qui ont permis au projet de remporter le prix d’excellence Halton Hills Green Development Leadership de 2016.

« Nous concevons des communautés entières qui fonctionneront à l’énergie verte », affirme M. Rinomato. « Nous travaillons en partenariat avec Schneider Electric qui nous aide à concevoir les miniréseaux. »

On note en outre la participation de Tree Canada à des programmes de compensation des émissions de carbone par la plantation de cinq arbres pour chaque maison vendue.

Country Homes reçoit et reconnaît la demande croissante pour les technologies de maisons intelligentes et l’efficacité énergétique dans le logement. L’entreprise s’efforce d’améliorer continuellement ses pratiques de construction et l’intégration de nouvelles technologies novatrice en partenariat avec Schneider Electric.

La durabilité dès aujourd’hui pour préparer l’avenir

Certains constructeurs résidentiels comme Country Homes utilisent la technologie de maison intelligente, les moniteurs, Wiser Energy Smart Home Monitor de Schneider Electric par exemple, pour faire le suivi de la consommation d’énergie et réduire la consommation nécessaire lorsque c’est possible. Ces outils faciles à installer et à utiliser contribuent à rendre les maisons aussi durables que possible dès maintenant et pour l’avenir.

 

L’article Mieux construire : La durabilité pour chaque maison est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>
https://blog.se.com/fr/gestion-de-lenergie/2021/12/20/mieux-construire-la-durabilite-pour-chaque-maison/feed/ 0
Le digital, levier incontournable de la décarbonation du bâtiment https://blog.se.com/fr/batiments/2021/12/20/le-digital-levier-incontournable-de-la-decarbonation-du-batiment/ https://blog.se.com/fr/batiments/2021/12/20/le-digital-levier-incontournable-de-la-decarbonation-du-batiment/#respond Mon, 20 Dec 2021 08:00:18 +0000 https://blog.se.com/fr/?p=6292 Par Olivier Delepine, Vice-Président Building & Channels – Schneider Electric Pour la planète et les générations futures, nous faisons face à un enjeu crucial : celui de réduire drastiquement et sans... Lire la suite »

L’article Le digital, levier incontournable de la décarbonation du bâtiment est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>

Par Olivier Delepine, Vice-Président Building & Channels – Schneider Electric

Pour la planète et les générations futures, nous faisons face à un enjeu crucial : celui de réduire drastiquement et sans tarder nos émissions de CO2. Il n’est plus temps de tergiverser : nous sommes tous acteurs de la transition énergétique. Cela passe par des énergies plus propres, certes, mais aussi par l’amélioration de leur utilisation, notamment dans les bâtiments. Plus d’efficacité pour plus de durabilité, voilà la réponse qu’il nous faut !

En Août le rapport du GIEC faisait état de changements sans précédent dont certains irréversibles. Ces dernières semaines l’ONU s’alarmait des concentrations records des gaz à effet de serre en 2020. Nous avons moins de 10 ans pour réduire de 55% nos émissions d’ici 2030, réduction essentielle si nous voulons atteindre nos objectifs quand la trajectoire actuelle se situe aux alentours des +2,7°C !!!

La route vers l’électrification.

La consommation d’énergies fossiles a été au cœur de nos économies durant de nombreux siècles. Malheureusement leur combustion s’est accompagnée de forte émission de gaz à effet de serre, qui sont la cause principale de la crise climatique que nous vivons aujourd’hui. Depuis 250 ans, nous avons vécu 4 révolutions industrielles majeures, chacune accompagnée par l’électricité qui se démocratise au fil du temps. En effet, cette énergie est motrice des innovations de chaque étape de notre évolution telles que l’éclairage électrique, les panneaux photovoltaïques et bien d’autres.

Aujourd’hui, nous sommes dans l’ère de l’Industrie 4.0 : le digital partout et pour tous. Les machines interagissent entre-elles, les objets sont connectés entre eux et avec nous. Dans le monde de l’énergie nous assistons à la convergence du digital, du connectée et du logiciel, avec l’électrique. Ces technologies de l’électrique et du digital, ensemble, rendent possible un monde plus efficace et interconnecté. Nous appelons cette révolution Electricité 4.0. Grâce à elle nous énergisons un nouveau monde, plus durable et plus efficace.

L’électricité 4.0 vecteur de décarbonation

En France, le secteur du bâtiment représente 44 % de l’énergie consommée avec plus de 123 millions de tonnes de C02 émises annuellement[1], ce qui en fait l’un des secteurs stratégiques dans la lutte contre le réchauffement climatique. Réduire l’impact carbone des bâtiments existants comme construire des bâtiments neufs beaucoup moins énergivores est donc indispensable

Notre système énergétique est à ce jour extrêmement inefficace, puisque 60% de l’énergie est gaspillée[2]. C’est là que la technologie entre en scène : connecter nos installations, collecter les données au cœur du bâtiment nous permet d’agir à la source et de gérer intelligemment ses consommations. L’électricité 4.0 rend visible l’invisible pour nous permettre de faire état sur la situation de notre bâtiment et de prendre des décisions en temps réel au travers de logiciels.

Par exemple, un bâtiment équipé d’une solution qui permet de réagir en adaptant les consommations au plus juste besoin sera par définition plus efficace. J’en veux pour preuve le site IntenCity, le nouveau siège de la Direction de l’innovation de Schneider Electric depuis fin 2020 à Grenoble. Sa conception permet de réduire les besoins énergétiques du site à seulement 37 kWh/m²/an, tous usages confondus, quand la moyenne européenne est de 330 kWh/m² par an dans les bâtiments tertiaires, 9X moins !!!!

Agissons ensemble et dès maintenant 

Le cadre règlementaire se durcit en matière de décarbonation. Le report d’une année de l’obligation d’information du décret tertiaire ne doit absolument sous-entendre que nous pouvons être attentistes !

Avec un taux de renouvellement des bâtiments anciens par des bâtiments neufs inférieur à 1% par an, c’est bien la rénovation du parc existant (résidentiels, tertiaires publics) qui doit nous animer et accélérer massivement.

Sur les 100 milliards d’euros du plan de relance, 30% sont destinés à accélérer la transition énergétique, dont 7 milliards d’euros sont directement orientés pour la rénovation énergétique des bâtiments.

Nous avons en France tous les atouts pour atteindre nos objectifs, une électricité décarbonée, une filière d’électriciens, d’installateurs, de tableautiers et de systèmes intégrateurs qualifiés et reconnus et enfin un contexte règlementaire et des mesures incitatives.

Agissons ensemble dès aujourd’hui pour aplanir la courbe des émissions, rejoignez la révolution de l’Electricité 4.0 en implémentant les technologies nécessaires pour façonner ce nouveau monde, électrique et digital qui est durable, efficace, résilient et sûr, et centré sur l’humain.

Comment répondre aux nouveaux cadres réglementaires et rendre vos bâtiments plus efficaces :

PrismaSeT Active, tableau électrique connecté

PowerLogic PowerTag, pour une mesure énergétique à distance et en local

Nos solutions connectées pour prévenir des incendies d’origine électrique

Une question, un projet ? Contactez-nous !

[1] Ministère de la transition écologique, 2021

[2] U.S. Energy Information Administration, 2019

Publié par le journal le Moniteur

L’article Le digital, levier incontournable de la décarbonation du bâtiment est apparu en premier sur Le blog de Schneider Electric France.

]]>
https://blog.se.com/fr/batiments/2021/12/20/le-digital-levier-incontournable-de-la-decarbonation-du-batiment/feed/ 0