Data Centers

Comment les interactions entre le réseau et l’informatique vont apporter les prochains 80 % d’amélioration du rendement des data centers

Ces dix dernières années ont vu le secteur des data centers se transformer.  C’est à peine le temps qu’il a fallu pour passer de la découverte des termes « informatique en Cloud » au fait de parler d’informatique de périphérie Edge et aux voitures sans conducteur. Les progrès et le rendement obtenus ont été formidables. Et ça nous a vraiment incités à réfléchir. Et si on comparait le rendement des data centers d’alors avec celui d’aujourd’hui pour évaluer leurs performances et mesurer les progrès accomplis par le secteur ?

Pour y parvenir, nous avons modélisé trois exemples de fonctions ayant eu des répercussions importantes: l’amélioration des onduleurs, le confinement et l’ « économisation » . Notre modèle a montré que la simple implémentation de ces trois technologies avait entraîné un recul de 80 % des pertes. Nous avons accru l’efficience de l’infrastructure physique d’environ 80 % en apportant des configurations et des produits plus efficients.

Et ce constat a appelé la question suivante : À quoi devra-t-on la prochaine tranche de 80 % d’amélioration des data centers au cours des 10 prochaines années ?

80-amélioration-rendement-data-centersOn sait qu’en restant sur la même voie, en conservant les stratégies actuelles, qui ont été très efficaces; nous approchons probablement du point de baisse du rendement. Alors, pour parler d’avenir et à titre d’avant-goût de ma conférence du 1er mai à l’évènement Data Center Dynamics Enterprise à New York, je voudrais communiquer certaines de nos idées à propos des technologies et des domaines dans lesquels nous recherchons les « prochains 80 % » d’amélioration.

Alors voilà :

Les solutions actuelles ne sont pas assez souples

Les micro data centers et les modèles préfabriqués vont, par définition, s’accompagner de conceptions issues des meilleures pratiques. Mais qu’adviendra-t-il des installations plus traditionnelles ? Le confinement sera plus facile à mettre en place, pour les fournisseurs de colocation en particulier. La réponse se trouve selon nous dans les systèmes rackables qui permettent l’efficience et réduisent au minimum les perturbations dues aux travaux. Notre secteur peut mieux faire à cet égard, et notre HyperPod est à nos yeux un bon début.

Le refroidissement liquide pourrait bien finir par devenir une réalité…

Si l’on se penche sur la consommation énergétique globale, la hausse des densités au niveau des puces pourrait être en train de devenir le facteur limitatif de la conception informatique. Il se peut que nous soyons à l’aube d’une renaissance et que le refroidissement liquide soit l’avenir. Beaucoup d’obstacles restent à franchir, mais c’est plus probable aujourd’hui que jamais auparavant.

Le data center de demain sera plus interactif avec le réseau et l’informatique

L’arrivée des énergies renouvelables, la baisse du coût du stockage de l’énergie et la variabilité accrue des charges informatiques font surgir des opportunités pour faire un usage plus exhaustif des ressources, pour améliorer la résilience, pour réduire au minimum la consommation énergétique et pour atténuer l’empreinte carbone. Mais notre réflexion doit être plus large. Les systèmes de stockage de l’énergie, la puissance définie par logiciel et les micro-réseaux sont autant d’exemples de domaines, où la croissance pourrait atteindre ces objectifs de rendement.

Les énergies renouvelables et la variabilité des charges informatiques, auxquelles s’ajoutent des configurations de refroidissement plus sophistiquées, entraîneront davantage de complexité

Dans cet environnement hybride très complexe, il nous semble que la solution réside dans les systèmes de gestion en Cloud. Les logiciels, comme notre plateforme EcoStruxure, et les outils analytiques vont nous apporter des capacités prédictives et de meilleurs rendements. L’avenir des data centers tient à la connectivité, à la collecte, à l’analyse et à l’initiative.

Je me réjouis d’avance d’aborder la façon dont nous pourrons faire tout cela avec le plus d’efficience possible, le 1er mai, à l’évènement Data Center Dynamics Enterprise. Je serai aussi à New York le 30 avril pour le DCD Focus Day – Building the Edge, où j’évoquerai les enseignements provenant de la vente au détail, en m’attardant sur les répercussions de la technologie sur l’expérience du magasin et la nécessité absolue de redéfinir les missions.

Auteur : Kevin Brown
Article original : Lire en Anglais


No Responses

Leave a Reply

  • (will not be published)