Data Centers

Schneider Electric et 451 Research offrent un éclairage direct sur la gestion hybride des technologies de l’informatique par des dirigeants de l’entreprise

enseignements-acheteurs-colocation-rapport-451-research

« Grâce à des entretiens exhaustifs et approfondis avec des dirigeants de l’infrastructure de grandes entreprises du monde entier, l’étude vise à fournir aux cadres dirigeants de data centers et de services informatiques les connaissances et les enseignements nécessaires pour évaluer et gérer leurs problématiques hybrides. »

Pour comprendre les tendances d’un secteur, le mieux est de s’adresser directement à ceux qui en constituent l’avant-garde. Dans cette optique, Schneider Electric a commandé une nouvelle étude 451 Research destinée à mettre en lumière les environnements informatiques de type hybride au sein de grandes entreprises dans le monde entier. Ces travaux conduits par le biais d’entretiens exhaustifs et approfondis avec des cadres dirigeants de data centers et de services informatiques, livrent des leçons et des points de vue provenant de pairs sur le déploiement novateur de technologies exploitables par d’autres dans le secteur pour évaluer et gérer leurs propres paysages hybrides.

Ces entretiens ont permis de dégager plusieurs points clés :

  • L’adoption généralisée des services en Cloud a eu un impact significatif sur la manière dont les entreprises répondent aux besoins d’infrastructure de leur data center.
  • Ces complexités seront aggravées par une vague attendue de nouvelles technologies informatiques induites par l’Internet des objets (IoT) et les nouvelles charges de travail de l’informatique de périphérie Edge émergentes.
  • Le passage à un environnement de centre de données hybride qui consiste en un mélange de services « hors site », de Cloud public et de colocation, ainsi que de data centers « sur site » privés, remet en question les méthodes traditionnelles de gestion et de supervision des infrastructures.

Le déploiement des services dans le Cloud se répercute sur toute l’organisation. Les modèles commerciaux ont considérablement changé, la connectivité et la gestion de la charge de travail étant de plus en plus demandées. Pour tirer pleinement parti d’une approche hybride, la gestion d’une combinaison d’environnements de data centers est devenue l’une des questions les plus complexes pour les dirigeants d’entreprises modernes, les obligeant à reconsidérer leur stratégie et leurs pratiques courantes.

L’étude révèle également que même si les expériences, les stratégies et les technologies novatrices utilisées variaient grandement, des thèmes communs demeurent clairement :

  • Déterminer le meilleur lieu d’exécution: Le choix de l’emplacement de la capacité du data center a grandement influé le risque, les coûts et la performance des services informatiques en fonction de la charge de travail.

A titre d’exemple, un commerçant du Royaume-Uni a constaté qu’en décidant du meilleur emplacement, les exigences en matière de sécurité, de performance et de latence devaient aussi peser dans l’analyse du coût total, au même titre que les coûts de transfert de données et de licence des applications. La combinaison de ces vecteurs a permis de déterminer le bon mélange d’infrastructure en colocation et de cloud computing public pour répondre aux besoins de connectivité tout en contrôlant les coûts.

  • Apporter de la visibilité dans les environnements hybrides: Assurer la visibilité sur plusieurs sites est extrêmement difficile. C’est un processus long et coûteux, la surveillance étant entravée par le cloisonnement des capacités logicielles et par la disponibilité de données cohérentes.

Comme l’a fait remarquer un participant à l’étude, « Si mon rêve se réalisait, nous aurions la visibilité nécessaire pour prédire les échecs avant qu’ils ne se produisent. »

  • Gérer les coûts sans sacrifier la performance: Sans une recherche et une planification appropriées, les coûts d’un data center hybride peuvent être élevés, mais disposer d’un bon plan permet de réduire les coûts d’investissement et d’exploitation de celui-ci; tout en maintenant ou en améliorant des niveaux élevés de disponibilité dans des environnements hybrides. « La difficulté majeure, c’est le contrôle des coûts et la gestion ainsi que la faisabilité financière de la capitalisation » a souligné un commerçant aux États-Unis.
  • Unifier des procédures opérationnelles dans des environnements de techniques de l’information hybrides – Il est essentiel de développer des processus opérationnels stricts et veiller à ce que ces exigences fassent partie des accords des service (SLA) et des accords sur les niveaux opérationnels (OLA) avec les fournisseurs de colocation et de services en Cloud. Comme l’a conseillé un participant à l’étude, « Il faut savoir que [le hors site] ne sera pas moins cher… et que vous perdrez une part considérable de contrôle. Pour récupérer en partie ce contrôle, vous ne pouvez compter que sur vos SLA et vos OLA. »

L’étude portait sur des entreprises générant des revenus de plus de 500 millions de dollars aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans la région Asie-Pacifique. Le rapport complet comprend une analyse approfondie de ces sujets et d’autres renseignements sur les raisons de ces tendances et leurs manifestations dans divers secteurs et industries.

Accéder au rapport complet, Six Real-world Approaches to Managing Hybrid IT Environments (en anglais).

Auteur : Kim Povlsen
Article original : Lire en Anglais


No Responses

Leave a Reply

  • (will not be published)