BâtimentsSanté

Modernisation en cours à l’hôpital de Montfavet avec EcoStruxure Building Operation

En 2020, l’hôpital de Montfavet a amorcé une cure de jouvence : l’occasion de remplacer son ancien système de gestion technique du bâtiment (GTB) par la solution digitale Ecostruxure™ Building Operation. Pour Fabrice Broutin, Directeur du marché Santé de Schneider Electric France, « ce qui est remarquable, c’est la volonté d’avant-garde de l’hôpital de Montfavet, qui a devancé les réglementations et les initiatives de l’Etat concernant la digitalisation des structures de Santé avec cette opération de modernisation. » Pour en savoir plus, Fabrice Broutin s’est entretenu avec Sylvin Prono, Responsable des services techniques de l’établissement hospitalier.

 

Fabrice Broutin – Pouvez-vous décrire l’hôpital de Montfavet ?

Sylvin Prono – L’hôpital de Montfavet est un établissement de santé mentale. C’est un hôpital de typologie pavillonnaire, qui accueille tous types de patients, de l’unité mère-enfant à la gérontologie, dont certains malades difficiles. Le site compte une quarantaine de petits bâtiments, construits dans les années 1970, ainsi que des unités biomédicale et neurologique, une buanderie traitant trois tonnes de linge chaque jour, et une cuisine centrale, en charge des 800 repas quotidiens. Avec 2 100 employés, l’hôpital présente une superficie de 300 000 m² pour une capacité de 400 lits, sur un territoire de 60 hectares, à Montfavet et ailleurs dans les Bouches-du-Rhône. Une véritable petite ville !

 

Fabrice Broutin – Pourquoi avoir décidé de pousser la transformation digitale et de migrer l’ancien système de Gestion Technique du 

Bâtiment, avant les incitations du plan France Relance – Ségur de la Santé en 2021 ?

Sylvin Prono – Lorsque la direction des ateliers de maintenance et la supervision de réhabilitation des bâtiments de l’hôpital m’ont été confiées il y a 2 ans et demi, nous avons jugé, avec le Directeur adjoint du centre hospitalier Marc Wendling, qu’il était temps de moderniser l’installation électrique. La Direction de l’hôpital a suivi notre recommandation, fidèle à ses valeurs et ses objectifs de privilégier le confort des patients dans un contexte de bienveillance. Souvent la psychiatrie est considérée comme le parent pauvre du secteur de la santé. Or à l’hôpital de Montfavet, il y a une vraie volonté d’innovation. C’est un hôpital ouvert, qui communique avec son environnement, et, précisément, le numérique joue dans ce cadre un rôle majeur.

Dans cette perspective de confort et d’ouverture, il convenait donc de suivre les consommations d’énergie dans les bâtiments et de faire évoluer notre parc informatique. Non seulement l’ancienne GTB ne pouvait pas répondre au besoin de suivi, mais en plus, elle n’était pas connectée avec notre nouveau système IT.

passage piéton Monfavet

Nous avons donc opté pour la solution EcoStruxure™ Building Operation, capable de fournir la bonne information au bon moment et au bon endroit, sur une interface logicielle ergonomique. Parmi les atouts présentés par François Bouchié, notre commercial Schneider Electric, et qui nous ont intéressés, EBO permet de réaliser jusqu’à 30 % d’économie tout en créant un environnement sain et durable (indispensable dans un hôpital !) et de simplifier nos tâches au quotidien. J’apprécie aussi que le logiciel de suivi soit décentralisé, accessible sur un serveur plutôt que limité à un poste fixe. Avec EBO, je peux désormais collecter des informations sur la sécurité incendie, l’eau chaude sanitaire, les

consommations d’énergie…, depuis 48 sous-stations, pour mieux les exploiter.

 

Fabrice Broutin – Comment s’est déroulée la migration vers EcoStruxure™ Building Operation et quels sont les premiers bénéfices ?

Sylvin Prono – La migration s’est faite en plusieurs étapes. Concernant le chauffage et la climatisation, notre équipe l’a réalisée en manuel. Pour la sécurité incendie, il a fallu gérer les deux systèmes GTB et EBO parallèlement, pour qu’il n’y ait pas de coupure. La migration a été menée en 6 mois, bâtiment par bâtiment avec l’aide de Schneider Electric, jusqu’à ce que tous les pavillons soient finalement connectés. Déjà, nous constatons les bénéfices d’EBO. Sur le confort thermique, les chauffagistes peuvent agir à distance. Les indicateurs de sécurité incendie sont rapportés en temps réel aux techniciens à la conciergerie, qui gèrent directement les alertes. C’est, pour l’hôpital, une source d’économie, parce que le système EBO évite de recruter une équipe de surveillance sécurité incendie 24 heures sur 24. Enfin, EBO permet de relever les températures de l’eau chaude sanitaire, exigé par l’Agence Régionale de Santé ARS. C’est un volet important, qui permet de maintenir l’eau à haute température, afin de prévenir la propagation de légionellose, tout en limitant la chaleur en sortie de robinet pour éliminer tout risque de brûlures. Nous nous assurons ainsi que nos installations d’eau sont conformes.

De mon côté enfin, j’apprécie l’ergonomie d’EBO, la praticité d’intégration des automates, la facilité de création des tableaux de bord, la clarté de la mesure et du suivi des températures et des consommations d’énergie. Son interopérabilité aussi, qui nous permettra d’intégrer de nouveaux appareils à l’installation, si nous avons besoin de la faire évoluer. L’exploitation du logiciel et le traitement des informations sont plus simples que ce que je pratiquais avant. Donc, oui, les premiers bénéfices sont réels !


Pas de réponses

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)