Bâtiments

RE2020 vs RT2012 : qu’est ce qui change ?

Depuis le 1er janvier 2022, la RE2020 remplace la RT2012, bouleversant le monde de la construction. Si la RT2012 se concentrait sur des critères de performance thermique, la nouvelle norme environnementale comporte des exigences plus larges, en intégrant les notions d’énergie décarbonée et renouvelable, et prenant en compte tout le cycle de vie du bâtiment.

De la RT2012 à la RE2020 : de nouvelles exigences pour une construction responsable

Appartement en travaux

Appartement en travaux

La RT2012 était centrée sur la performance thermique des bâtiments : son application incitait en particulier à renforcer leur isolation.

La RE2020, réglementation environnementale de la construction, est quant à elle bâtie autour de trois objectifs :

  • un cycle de vie bas carbone, ce qui impacte le choix des matériaux utilisés
  • une consommation d’énergie réduite, et l’utilisation d’énergies moins carbonées
  • la capacité à assurer le confort d’été des occupants en cas de vagues de chaleur.

Pour atteindre ces objectifs, toute la filière du bâtiment doit changer ses habitudes, et privilégier :

  • des solutions de production d’énergie renouvelable à l’échelle du bâtiment, en particulier via les panneaux solaires
  • des matériaux favorisant l’accumulation et la diffusion de chaleur, et à l’impact carbone réduit (bois, terre crue, etc.)
  • une isolation renforcée, afin de limiter les besoins en chauffage, climatisation, éclairage, ventilation.

A lire aussi :

RE2020 : quel calendrier d’application ?

Quels sont les nouveaux indicateurs de conformité pour la RE2020 ?

La RT2012 s’articulait autour de 3 indicateurs clés :

  • la consommation énergétique primaire (CEP, limité à 50kWep/m2/an en moyenne),
  • le besoin bioclimatique (Bbio, s’appuyant sur les besoins en chauffage, en éclairage et en refroidissement et plafonné),
  • la température intérieure conventionnelle (TIC, fixant un seuil de température intérieure maximale qui ne doit pas être dépassé au cours de 5 jours consécutifs de chaleur en plein été sans recours à un système de refroidissement).

Avec la RE2020, certains de ces indicateurs sont conservés mais modifiés (dans leur mode de calcul, leur périmètre…), tandis que d’autres font leur entrée.

A savoir : d’autres indicateurs sont définis par la norme, mais ne sont pas soumis à des exigences ou plafonds. Ils sont uniquement indicatifs ou utilisés dans le cadre de l’évaluation environnementale. Il s’agit par exemple du StockC (carbone biogénique stocké dans le bâtiment). Ce sont 27 indicateurs au total qui sont calculés dans le cadre de la RE2020.

Quels sont les nouveaux périmètres de calcul de la RE2020 ?

Dans la RE2020, la plupart des périmètres et surfaces servant de base au calcul des indicateurs ont été modifiés.

Maison en travaux

Maison en travaux

  • dans le logement, la surface habitable en résidentiel, ou SHAB, remplace la ShonRT utilisée comme base de calcul par la RT 2012. Elle correspond à la somme des surfaces des pièces chauffées dont profitent réellement les occupants, et doit également inclure la superficie des vérandas.
  • dans les autres bâtiments, c’est la surface utile (SU) qui est prise en compte.

De nouvelles consommations d’énergie sont prises en compte : aux 5 usages évalués par la RT2012 (chauffage, refroidissement, production d’eau chaude sanitaire, prises de courant, usages auxiliaires comme pompes et ventilateurs) s’ajoutent désormais :

  • les consommations liées aux déplacements à l’intérieur du bâtiment (ascenseurs et/ou escalators)
  • les consommations pour l’éclairage et la ventilation des parkings
  • les consommations de l’éclairage des communs (circulations) pour les logements collectifs.

A lire aussi :

BTP : Comment adapter la filière construction à la RE2020 ?

RE2020 : vers la démocratisation des smart buildings ?

Les exigences portées par la RE2020 incitent au déploiement de solutions toujours plus intelligentes en matière de suivi et maitrise des consommations énergétiques :

  • Des solutions d’automatisation et de programmation de l’ouverture et de la fermeture des volets roulants et/ou des brise-soleil, voire dans le tertiaire des solutions d’automatisation des protections mobiles en fonction des besoins ou de l’occupation des différentes zones du bâtiment
  • Des solutions de contrôle et d‘optimisation des pompes à chaleur pour les logements individuel comme collectif
  • Des solutions de suivi des consommations, pour différencier les consommations de parties communes, mais aussi gérer les flux électriques de différents sources (en particulier pour différencier les énergies renouvelables produites localement)…

Ces solutions offrent une vision détaillée et en temps réel des consommations, permettant d’optimiser les usages et de mettre en place des automatismes intelligents au service des habitants et de leur confort. Elles posent les bases d’une démarche de Smart Building.

La RE2020 vous intéresse ?

Téléchargez notre guide complet !

Découvrez notre guide RE2020

Pas de réponses

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)