Bâtiments

RE 2020 : plus d’électricité et zéro carbone !

Une réglementation environnementale plus ambitieuse pour encadrer la construction des logements et des bâtiments tertiaires afin d’amplifier la lutte contre le changement climatique : voilà comment résumer la RE 2020. Christian Ferveur, directeur Innovation et Développement, et Loïc Lengrand, responsable Marketing clientèle Prescription, chez Schneider Electric France, en décryptent les enjeux et les principales modalités de mise en œuvre, ainsi que l’impact sur les acteurs de la filière électrique.

Quels sont les objectifs de cette nouvelle Réglementation environnementale 2020 (dite RE 2020) ?

L’objectif principal est de contribuer à l’effort de réduction des émissions de CO2 afin de tenir l’engagement de la France d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Et cela afin de freiner le réchauffement climatique. En partant du constat que le bâtiment représente 46% des consommations d’énergie et 25% des émissions de CO2, ce secteur offre un potentiel d’amélioration considérable et la RE 2020 représente un des leviers pour rendre les constructions plus écologiques, plus vertueuses.

Quels sont les axes privilégiés pour aller vers cette neutralité carbone ?

Il y en a trois principaux.

Des bâtiments qui consomment moins d’énergie et des énergies moins carbonées. Cela se traduit par une exigence supérieure à celle de la réglementation actuelle, avec un accent particulier sur la performance de l’isolation, grâce au renforcement de l’indicateur de « besoin bioclimatique » (Bbio). Cet indicateur traduit le besoin en énergie d’un bâtiment pour rester à une température confortable, en fonction de la qualité de son isolation et de sa conception générale (orientation, exploitation des apports naturels, etc.). L’l’indicateur Bbio sera renforcé de 30% en moyenne comparé à la RT2012.

Une transition vers des constructions bas carbone, sur l’ensemble du cycle de vie du bâtiment, y compris en phases de construction et de démolition, en misant notamment sur la diversité des modes constructifs, sur la mixité des matériaux, sur le recours à des matériaux biosourcés. Actuellement, la phase de construction d’un bâtiment neuf performant représente entre 60% et 90% de son empreinte carbone totale. Selon Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, la RE 2020 devrait faire baisser cet impact de 30% d’ici dix ans.

Des bâtiments capables d’assurer le confort des occupants en cas de vagues de chaleur, en considérant que les épisodes de canicule devraient à l’avenir se répéter et s’intensifier. La RE 2020 encourage les solutions de climatisation dites passives (forme et orientation du bâtiment, protection contre le soleil, installation de brasseurs d’air, automatisation des volets et stores, etc.) afin s’améliorer le confort d’été à un faible coût et de façon durable.

Quel type de solutions Schneider Electric apporte-t-il pour permettre aux professionnels de la filière électrique d’appliquer cette réglementation ?

Depuis une quinzaine d’années, Schneider Electric développe son offre autour de deux stratégies, selon nous indissociables, pour atteindre l’objectif zéro carbone : la digitalisation et l’électrification.

Concrètement, nous devons être massivement plus efficaces en termes énergétiques sur tous les bâtiments que l’on construit et que l’on rénove. Les technologies digitales permettent de renforcer l’efficacité énergétique et économique d’un bâti bien construit ou rénové, et d’atteindre la performance maximale à chaque instant. On parle ici de systèmes de mesure et de contrôle qui renseignent sur les consommations et alertent en cas de dysfonctionnements, de systèmes automatisés pour gérer l’éclairage, le chauffage, les ouvrants, en tenant compte du taux d’occupation, de l’activité, des apports naturels extérieurs, etc., et qui limitent les consommations au juste besoin. Ce type de systèmes répond précisément aux exigences de la RE 2020 et aux ambitions de réduction des consommations. Or 6% du parc tertiaire uniquement en est aujourd’hui doté.

Parallèlement, les bâtiments neufs doivent privilégier l’énergie électrique parce que c’est la seule énergie qui puisse être produite sous forme décarbonée. La France bénéficie d’ores et déjà d’un mix de production électrique parmi les moins carbonés dans le monde : en effet, en 2019, la production a été assurée à 92% par des moyens décarbonés (nucléaire 70%, énergies renouvelables 22%). La Programmation Pluriannuelle de l’Energie accentue cette décarbonation avec, à horizon 2028, une augmentation de 50% des énergies renouvelables par rapport à 2017, une baisse de 35% de la consommation primaire d’énergies fossiles par rapport à 2012, et une part d’électricité d’origine nucléaire limitée à 50% du mix en 2035. La RE2020 s’inscrit dans cette volonté de favoriser les énergies les moins carbonées, et l’électricité répond à cette ambition. Chez Schneider Electric, nous apportons notre contribution en proposant des solutions, pour le bâtiment résidentiel comme pour le tertiaire, qui favorisent la production et l’autoconsommation d’énergie photovoltaïque.

Quels outils mettez-vous à la disposition de vos clients et partenaires pour les aider à bâtir leurs réponses aux appels d’offres, dans le respect de la RE 2020 ?

Nos produits font l’objet de fiches PEP (Product Environmental Profile). Il s’agit de la carte d’identité du produit, qui permet d’identifier ses composants et de déterminer son poids carbone. Nous les avons rassemblées dans un configurateur “Check a product”, destiné en particulier aux prescripteurs du bâtiment. Il leur permettra d’identifier les solutions les plus pertinentes pour tenir les engagements de performance. En effet, le lot électrique a un impact carbone relativement faible c’est pourquoi la RE 2020 lui a associé des valeurs forfaitaires. Grâce au configurateur, le bureau d’études ou l’installateur peut connaître l’impact réel du produit et passer en dessous de ce montant forfaitaire.

De plus, toutes les informations contenues dans les fiches PEP peuvent être directement intégrées dans la maquette BIM (Building Information Modeling) qui permet de simuler le fonctionnement dynamique du bâtiment et de vérifier que les exigences de la RE 2020 sont respectées.

En conclusion, quelle est la principale évolution apportée par la RE 2020 par rapport à la RT 2012 ?

Sans aucune hésitation : la chasse au carbone ! Plus d’électricité, moins de carbone : c’est ce qui résume la philosophie de la RE 2020.

Comprendre la RE2020

Restez informer sur la RE2020


Pas de réponses

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)