Bâtiments

Vers la généralisation de la GTB dans les petits bâtiments tertiaires ?

En février 2021, commence la période où les entreprises doivent déclarer leurs bâtiments et leurs compteurs sur la plateforme OPERAT (Observatoire de la Performance Energétique, de la Rénovation et des Actions du Tertiaire) de l’Ademe, dans le cadre du Décret Tertiaire. Si les grands immeubles tertiaires disposent d’un système de gestion technique du bâtiment (GTB) pour automatiser les imports des consommations d’énergie sur la plateforme de l’Ademe, les immeubles plus petits en sont très rarement équipés. Mais c’était avant que ne soit lancée une solution de GTB simple, interopérable, abordable et facile à mettre en œuvre.  

Façade verte

Les dernières réglementations qui imposent de réduire les consommations d’énergie dans les bâtiments tertiaires, qu’elles soient françaises (Décret tertiaire qui concerne les bâtiments de plus de 1000m2) et européenne (BACS pour Building Automation & Control System), recommandent des solutions dont les systèmes de management de l’énergie. L’objectif est d’améliorer le fonctionnement du chauffage, de la climatisation, de la ventilation et d’autres appareils énergivores, de diminuer leur consommation énergétique et de limiter leur empreinte carbone.

80 % du parc tertiaire en France sont des bâtiments intermédiaires

Les immeubles tertiaires de superficie supérieure à 10 000 m² ont généralement une GTB. Mais la grande majorité des bâtiments de petite et moyenne taille (inférieurs à 5 000 m²), comme les commerces, les agences bancaires, les petits bâtiments administratifs (écoles, salle des fêtes…) ou encore les immeubles de logement collectif, en sont pour la plupart dépourvus, alors qu’ils représentent plus de 80 % du parc français. Mais cette situation pourrait évoluer, non seulement parce que le plan France Relance du gouvernement peut subventionner l’équipement des immeubles de superficie intermédiaire, mais aussi parce que la nouvelle solution de GTB ″Light″ vient d’être mise sur le marché grâce aux compétences associées de la startup Wattsense, localisée à Dardilly, près de Lyon, et du groupe Schneider Electric. Cette solution, spécialement conçue pour l’efficacité énergétique et le développement durable dans les petits immeubles, est en effet parfaitement en phase avec les priorités du plan France Relance et les enjeux de la transition énergétique.

Même les petits bâtiments se transforment en Smart Building

Grâce à l’apport de Wattsense, notre offre s’enrichit d’une solution IoT économique et rapide à implémenter, grâce à une connexion 4G intégrée, prenant un minimum de temps d’intervention et d’impact sur l’installation existante. Elle permet ainsi d’apporter une réponse ciblée aux demandes d’optimisation de l’énergie dans les bâtiments de taille intermédiaire. Entièrement configurable, cette innovation est tellement facile à mettre en œuvre, qu’elle minimise les coûts d’intégration et permet de réaliser les travaux sur site occupé. De surcroît, elle est interopérable avec les principaux protocoles de communication terrain existants, ainsi qu’avec les solutions IT hébergées sur le cloud. Combinant les fonctionnalités d’une passerelle, d’un automate, d’un modem et d’un dispositif local, cette box permet de connecter, en toute sécurité, jusqu’à 600 équipements dans tous types de bâtiments, pour les piloter via le cloud. Enfin, elle fournit les données du bâtiment localement, sur le cloud ou sur le site d’hypervision d’un Facility Manager, à des fins d’analyse, avec la possibilité d’être couplée à une solution de monitoring énergétique. Bref, avec cette Box IoT, les commerces, les agences bancaires, les petits bâtiments administratifs (écoles, salle des fêtes…) ou encore les immeubles de logement collectif peuvent, eux aussi, devenir intelligents !

Pour en savoir plus sur ce partenariat technologique et pour toute demande contactez-nous !

Article rédigé par Julien Bongars de Vaudeleau, Responsable Marketing Digital Building chez Schneider Electric.

 


Un Réponse
  1. Hoëbeck

    Juste pour information la déclaration sur la plateforme OPÉRA est à faire à partir de l’été 2021 au plus tard en septembre
    À ce jour elle n’est pas encore active (cf site ADEME)
    Cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)